L’Amour de l’art n’est pas inné

Voici une citation extraite de Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979, p 83, qui illustre de façon exemplaire la non-innéité du jugement de goût.

Dans La Distinction, mais surtout dans L’Amour de l’art (1966, Collection « Le sens commun », Editions de Minuit) Bourdieu démythifie la notion de goût inné. Avec L’Amour de l’art, Bourdieu et Darbel veulent montrer que les différences d’attitudes des hommes face aux œuvres d’art ne sont pas le résultat de facultés et de prédispositions innées.

« Ce qui s’acquiert par la fréquentation quotidienne des objets anciens ou par la pratique régulière des antiquaires et des galeries, ou, plus simplement, par l’insertion dans un univers d’objets familiers et intimes « qui sont là, comme dit Rilke, sans arrière-sens, bons, simples, certains », c’est évidemment un certain « goût » qui n’est autre chose qu’un rapport de familiarité immédiate avec les choses de goût ; c’est aussi le sentiment d’appartenir à un monde plus poli et plus policé, un monde qui trouve sa justification d’exister dans sa perfection, son harmonie, sa beauté, un monde qui a produit Beethoven et Mozart et qui reproduit continûment des gens capables de les jouer et de les goûter ; c’est enfin une adhésion immédiate, inscrite au plus profond des habitus, aux goûts et aux dégoûts, aux sympathies et aux aversions, aux phantasmes et aux phobies, qui, plus que les opinions déclarées, fondent, dans l’inconscient, l’unité de classe. »

Sociologie de l’auditoire de France Culture

Hervé Glevarec & Michel Pinet, « France Culture Une seconde radio pour les professions intellectuelles et culturelles », Le Mouvement Social, 2007

En 2000-2001, la hiérarchie des taux d’audience des radios nationales sur trois semaines varie de un à trois; elle met aux deux extrémités de l’audience radiophonique, France Culture – qui représente 10 % d’audience cumulée ou 1/10e de la population, de 11 ans et plus, et NRJ, qui représente 33,1 % d’AC. Les 5 066 820 auditeurs de France Culture sur trois semaines écoutent en moyenne 12 minutes par jour cette antenne. La durée d’écoute est un critère plus structurant et polarisant dans le monde des radios que le taux d’audience. Plus une radio est petite, plus elle est faiblement écoutée par ses auditeurs; c’est la situation de France Musique, France Culture, MFM et RMC. Les radios qui échappent à cette relation entre nombre d’auditeurs et durée (approchée grâce au quart d’heure moyen) sont, dans le sens de la baisse, des radios musicales, NRJ et Nostalgie, et, dans le sens de la hausse, une radio généraliste, France Inter. Tout laisse penser que France Culture s’oppose ici aux grosses radios ou aux radios généralistes en ceci que son écoute est pour une majorité d’auditeurs une écoute au long cours plutôt qu’une écoute quotidienne et fidèle. Continuer la lecture de Sociologie de l’auditoire de France Culture

Les pratiques artistiques en amateur

Les amateurs, 1996, Olivier Donnat

De nombreux indices, à commencer par l’augmentation constante des demandes d’inscription dans les écoles d’art et de musique, font apparaître en effet, depuis plusieurs années, l’intérêt croissant que les Français portent aux activités artistiques amateur, sans qu’aucune étude de synthèse n’ait été réalisée en France. L’interrogation, au-delà de l’aspect purement quantitatif, portait sur le degré de proximité existant entre les diverses activités : dans quelle mesure par exemple la pratique du piano est-elle associée à celle de la danse ? Quelles sont les activités qui sont liées par les relations les plus fortes ? Plus généralement, les points communs d’une activité à l’autre sont-ils suffisants pour qu’on parle des activités artistiques comme d’un ensemble cohérent, pour qu’on en fasse une catégorie de pensée pertinente ? Continuer la lecture de Les pratiques artistiques en amateur