Le jouet comme support de la mémoire familiale

Sandrine Vincent, « Le rôle du jouet dans la mémoire familiale ou comment les jouets finissent-ils leur vie ? », Dialogue, 2001

N’avons-nous pas tous gardé au fond d’un coffre, d’un placard, au grenier ou à la cave un jouet témoin de notre enfance ? Rappelez-vous cette scène du film Amélie Poulain dans laquelle, apprenant la mort de Lady Diana, Amélie laisse tomber un objet dans sa salle de bain, qui roulant sur le carrelage descelle un carreau qui, une fois enlevé, découvre une cachette d’enfant. Elle y trouve une boite pleine de souvenirs d’enfants…Et bien, oui ces jouets d’antan conservés avec soin peuvent être un objet pour la sociologie.

En examinant les raisons pour lesquelles certains jouets ne finissent pas à la poubelle mais plutôt au fond d’un coffre à trésors, Sandrine Vincent, dans l’article que je vous propose cette semaine, souligne leur rôle dans la construction de la mémoire familiale.
Les entretiens qu’elle a menés montrent que quels que soient leur milieu socioculturel ou leur niveau de ressources, les parents et les enfants accordent une grande importance aux jouets, au point de ne pas pouvoir souvent ni les jeter ni les remplacer. Ainsi, même lorsqu’il n’est plus utilisé, le jouet n’est que très rarement destiné à la poubelle : donné à une association, rangé dans un carton, exposé sur les étagères d’une bibliothèque ou trônant sur le lit, tout est bon pour ce jouet, sauf la poubelle.
Sandrine Vincent montre que les jouets que l’on garde sont surtout ceux de la prime enfance, c’est-à-dire les premiers avec lesquels on s’est amusé, qui correspondent à une période de l’existence bien enfouie.
D’autre part, elle met en avant que ce sont surtout les parents qui préservent les jouets de leurs enfants, ce qui peut s’expliquer par le fait que les jouets, au-delà des souvenirs d’enfants, expriment la filiation. Ils permettent aux parents de marquer une certaine continuité entre les enfants qu’ils ont été et les enfants qu’ils continuent à être à travers leurs enfants. A ce titre, certains parents « lèguent » leurs jouets à leurs enfants. Les jouets peuvent aussi permettre d’évoquer les grands-parents disparus et ainsi conserver, en eux, le souvenir des aïeux. Les jouets participent à la transmission de la mémoire familiale. Connaître l’origine familiale des jouets prend toute son importance lorsque les enfants grandissent. Les jouets témoignent des relations privilégiées que les adultes d’aujourd’hui avaient le plus souvent avec leurs grands-parents.
« Les jouets marquent la continuité d’une génération à l’autre et inscrivent l’enfant dans la lignée, lui signifient ou lui rappellent son identité individuelle et familiale ». De même que les albums de photos ou les « papiers de famille », les jouets cristallisent l’appartenance familiale.

Eléments de sociologie de la famille : penser le statut de beau-parent

Alors que le président de la République souhaite créer un statut pour les beaux-parents, pour que soit reconnue leur présence éducative auprès des enfants de leur compagnon ou compagne, il peut être utile de poser quelques jalons en sociologie de la famille, quant au statut de beau-parent.

Recomposer une famille est-il nouveau ?

On peut déjà rappeler que le divorce contemporain n’est pas créateur d’une situation inédite. Les groupes domestiques d’autrefois étaient marqués par une forte instabilité, consécutive à la mortalité, et les remariages étaient nombreux. Le veuvage et le remariage organisaient une « polygamie successive » selon le terme de Martine Segalen dans son Sociologie de la famille, comme avec le divorce contemporain. La différence résidant dans le fait que dans le premier cas, la rupture était subie, alors que dans le cas du divorce, elle est voulue. Le remariage se faisait très rapidement après le décès de l’époux : la survie d’un ménage, confondue avec l’exploitation, fondée sur le travail complémentaire d’un homme ou d’une femme, l’exigeait. Les hommes jeunes qui se retrouvaient veufs avec de jeunes enfants à charge devaient se remarier très vite. Continuer la lecture de Eléments de sociologie de la famille : penser le statut de beau-parent

Sociologie du PACS

Wilfried Rault, « Entre droit et symbole. Les usages sociaux du pacte civil de solidarité », Revue française de sociologie, 2007

En l’espace d’une trentaine d’années, les cadres institutionnels de la vie de couple ont considérablement évolué. Le modèle du mariage-institution, rite de passage naturalisé et incontournable signifiant à la fois accès à la conjugalité, à la famille et entrée dans l’âge adulte, a progressivement cédé sa place à une diversité de formes de vie commune. « Contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune » (Art. 515-1 du Code civil), le pacte civil de solidarité fait partie du mouvement de diversification des formes et des usages des cadres de la vie privée. Institué par la loi du 15 novembre 1999, le Pacs a inscrit la France dans la dynamique européenne de reconnaissance légale du couple de même sexe amorcée par le Danemark (1989), la Norvège (1993), la Suède (1994) et l’Islande (1996). Comparé à la plupart de ces législations européennes qui lui sont antérieures, il présente la spécificité de s’adresser également aux couples de sexe différent désireux d’encadrer juridiquement leur union sans pour autant avoir recours au mariage.

Wilfried Rault défend l’hypothèse suivante : empruntant à la fois aux fondements du mariage et à l’esprit de certaines dispositions caractéristiques de l’union libre, le Pacs s’apparente à un objet intermédiaire, renfermant potentiellement plusieurs significations. Voué à se différencier du mariage, il n’offre cependant pas une forme totale de reconnaissance aux couples de même sexe. L’auteur démontre que le Pacs est caractérisé par un paradoxe : censé reconnaître le couple de même sexe, les modalités de sa reconnaissance institutionnelle relèvent d’une logique de faible visibilité sociale. Continuer la lecture de Sociologie du PACS