Le baccalauréat, institution bourgeoise

Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, 1925

« Il n’est pas tout à fait vrai que la bourgeoisie n’existe que dans les mœurs et non dans les lois. Le lycée en fait une institution légale. Elle a même ses titres officiels, revêtus de signatures ministérielles, munis de timbres, de cachets, de tous les sacrements administratifs ; et c’est aujourd’hui, je crois, la seule pièce administrative qui soit encore faite de cette matière précieuse et durable dont on faisait au temps jadis les titres authentiques : le parchemin. Le baccalauréat, voilà la barrière sérieuse, la barrière officielle et garantie par l’État, qui défend contre l’invasion. On devient bourgeois, c’est vrai; mais pour cela, il faut d’abord devenir bachelier. »

« Quand une famille s’élève de la classe populaire à la bourgeoisie, elle n’y arrive pas en une seule génération. Elle y arrive quand elle a réussi à faire donner à ses enfants l’instruction secondaire et à leur faire passer le baccalauréat. »

Le baccalauréat fonctionne comme une barrière entre les classes sociales

« Pour qu’une société se scinde en classes, il faut que quelque chose d’artificiel et de factice remplace les rampes continues par des marches d’escalier, ne laisse subsister ou apparaître que des échelons très peu nombreux et très espacés, c’est à dire crée un ou des obstacles difficiles à franchir et mette sur le même plan ceux qui les ont franchis. Telle est la fonction, – l’unique fonction, – du baccalauréat. »

La suite des idées parle de l’école

« Faits d’école » La suite dans les idées, sur France Culture, mardi 26 aout 2008.

Une émission avec François Dubet qui fait paraître en septembre 2008 un livre Faits d’école , Patrick Rayou co-auteur avec Dominique Gelin et Luc Ria de Devenir enseignant. Parcours et formation (Armand Colin 2007), avec Isabelle Danic et Julie Delalande de Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains en sciences sociales (Rennes : PUR, Didact Education, 2006) et avec Agnès van Zanten de Enquête sur les nouveaux enseignants. Changeront-ils l’école ? (Paris : Bayard 2004) et Pierre Merle auteur notamment de L’élève humilié et Les notes. Secrets de fabrication aux PUF. Il vient de publier une bibliographie : Robert Merle. Une vie de passions (Ed. de l’Aube)

La sociologie de l’école fait partie du noyau central de la sociologie française, aussi est-elle régulièrement mise sur le devant de la scène médiatique, comme c’est le cas avec cette émission de radio. Les travaux de Bourdieu et Passeron ont marqué ce champ, mais comme le rappelle François Dubet, la sociologie de l’école ne peut pas se limiter au point de vue selon lequel « la société ne fait pas tout et que l’école joue elle-même un rôle dans la production des inégalités ». Il a été lui-même à l’initiative d’un changement de point de vue sur l’école, changement essentiel car il concerne à la fois le regard des sociologues et des acteurs de l’école. Dubet fut un des premiers en France à prendre en compte l’effet propre des établissements sur la trajectoire des élèves, mais cependant les véritables précurseurs en la matière se trouvent du coté de la sociologie de langue anglaise (rapport Coleman). Il reconnaît que la sociologie de l’école des années 1970 et 1980 a produit des résultats que la communauté scientifique considère aujourd’hui comme des acquis. Continuer la lecture de La suite des idées parle de l’école

L’établissement idéal

Alain Léger,  » Les déterminants sociaux des carrières enseignantes « , Revue française de sociologie, 1981, n° 4, pp. 549-574.

« La carrière professionnelle des professeurs est marquée par une série de changements d’établissement d’exercice, qui peut être interprétée comme autant d’étapes les rapprochant de ce qui constitue sans doute, à leurs yeux, le modèle idéal d’établissement. Dans l’immense majorité des cas, en effet, les enseignants titulaires ne peuvent être déplacés de leur poste que sur leur demande. La priorité dans le choix de leur poste revient alors à ceux qui ont l’ancienneté et le grade les plus élevés. On peut alors définir les lycées les plus recherchés par le personnel enseignant comme étant ceux où l’on rencontre la proportion la plus élevée d’agrégés et de professeurs âgés, et également comme étant ceux où le séjour dans le poste est le plus long. Ces lycées les plus recherchés peuvent, d’autre part, être caractérisés par l’origine sociale de leur public scolaire. Ainsi nous définirons cinq catégories de lycées : d’une part, des établissements que, pour simplifier, on pourrait appeler « très bourgeois » et « bourgeois », dans la mesure où certaines catégories socioprofessionnelles des parents d’élèves (cadres supérieurs et professions libérales) y sont massivement sur-représentées ; d’autre part, des établissements « populaires » et « très populaires » où les enfants d’ouvriers occupent une place supérieure à leur proportion nationale ; enfin des établissements « socialement mixtes » à public scolaire plus mélangé.

Il s’agit alors de vérifier que les lycées les plus recherchés sont aussi les lycées les plus « bourgeois ». L’attirance exercée sur les professeurs par ces établissements sera donc cernée par les trois indices mentionnés précédemment, ce qui permet de poser trois hypothèses :

– des lycées très populaires aux lycées très « bourgeois », la proportion de professeurs agrégés s’élève régulièrement (et, corrélativement, la proportion de maîtres auxiliaires diminue),

– le pourcentage des professeurs les plus âgés s’accroît,

– la fréquence des longs séjours dans le poste augmente (les établissements à forte représentation populaire se caractérisant au contraire par une rotation plus rapide du personnel enseignant). »