La féminisation du travail

« Les processus de féminisation au travail : entre différenciation, assimilation et « dépassement du genre », Entretien avec Nicky Le Feuvre par Cécile Guillaume, in Sociologies pratiques, 2007/1

Malochet définit la féminisation comme « la croissance du nombre de femmes dans une activité identifiée comme masculine, au vu de l’hégémonie des personnels masculins en son sein et/ou des « qualités » socialement jugées nécessaires pour l’exercer. »((Malochet,  » La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre », Sociologies pratiques, 2007)) Ainsi pensée, la féminisation doit être considérée avant tout comme un processus.
Les mécanismes de l’entrée des femmes dans les anciens « bastions masculins » sont complexes et demandent à être chaque fois saisis au regard des enjeux propres à tel ou tel groupe professionnel, dans tel ou tel contexte socio-historique. En matière de réflexion sur les processus de féminisation au travail, il faut éviter trois principaux écueils. Ne pas les penser exclusivement sous le signe de la « dévalorisation », à l’instar de Pierre Bourdieu dans La domination masculine. Le deuxième écueil consiste à attribuer aux femmes entrant dans des métiers, où elles étaient historiquement peu présentes, des pouvoirs quasi magiques de transformation des pratiques professionnelles, voire de la société tout entière. Enfin, le troisième écueil consiste à passer sous silence les enjeux de ces processus au regard d’une reconfiguration potentielle des fondements, matériels et idéels, de la division sexuelle du travail et donc du rapport social de sexe dans les sociétés européennes contemporaines. Continuer la lecture de La féminisation du travail