Durkheim et le suicide d’Emma Bovary

Christian Baudelot et Roger Establet, Durkheim et le suicide, Paris, 1984, p 82-88

 » L’un des suicides littéraires les plus célèbres est celui d’Emma Bovary; c’est aussi l’un des plus improbables. Femme, jeune, mariée, mère d’un enfant, rurale et catholique, elle cumulait les traits dont Durkheim a montré qu’ils constituaient les facteurs les plus efficaces de la préservation du suicide. Et pourtant elle se tue, dans le roman comme dans la vie: Flaubert n’a rien inventé, il s’est inspiré jusque dans le moindre détail d’un fait divers réel […].

D’après Durkheim, Emma Bovary avait moins de 74 chances sur 100 000 de se suicider, alors que Rodolphe en avait lui plus de 985. Flaubert s’étend sur le premier et ne souffle mot du second, ô combien plus commun. Or, l’ambition sociologique du romancier ne fait aucun doute : l’atteste clairement le sous-titre choisi par Flaubert (Mœurs de Province) «