Objet sociologique invisible ?

Un article de la Revue Française de Sociologie traite d’un objet sociologique qui a été tardivement constitué comme tel. Qu’est-ce qui fait qu’un objet acquiert une visibilité sociale? Comment tel ou tel phénomène devient-il objet d’enquête?
Pierre Merle et Bertrand le Beau dans “Alcoolisation et alcoolisme au travail”, Revue Française de Sociologie, 2004, 45-1 démontrent que l’alcoolisme n’est pas un objet de sociologie, non pas parce qu’il est invisible, mais peut-être bien parce que l’alcoolisation est banalisée. Citant Got et Weill, dans L’alcool à chiffres ouverts, Paris, Seli Arslan,1997, ils notent que “la connaissance sociologique limitée des pratiques d’alcoolisation a plusieurs origines. D’abord, la généralisation de ces pratiques : les Français sont les premiers consommateurs d’une bonne partie des différents types de boissons alcooliques. La banalisation extrême de l’usage diminue paradoxalement sa visibilité sociale. À l’instar des accidents de la circulation, les pratiques d’alcoolisation sont en quelque sorte trop quotidiennes pour constituer un objet de recherche ou d’actualité (à l’exception de périodes généralement limitées dans le temps). La distance est en fait d’autant plus difficile à construire que l’objet est partie intégrante de la vie sociale”
Ils proposent de revenir sur cette lacune, en faisant état d’une recherche menée dans un centre de tri postal breton, qui repose sur des entretiens et des observations. L’objet de la recherche est “d’étudier les pratiques d’alcoolisation et la construction sociale de la frontière entre ces deux pratiques afin de comprendre un paradoxe : pourquoi les cadres de La Poste, malgré leurs obligations réglementaires les incitant à signaler les personnes dites alcooliques, semblent-ils si souvent passifs ?” Comment distinguer les pratiques d’alcoolisation et les pratiques d’alcoolisme” se demandent Merle et Le Beau? L’un est un phénomène normal, l’autre est déviance. Durkheim si tu es là…


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.