Les pratiques culturelles et sportives des Français

Philippe Coulangeon, qui est l’auteur du Repères sur la Sociologie des pratiques culturelles (La Découverte, 2003),  rédige avec Yannick Lemel le numéro d’Economie et Statistiques de décembre 2009 consacré aux pratiques culturelles et sportives des Français.  Tous deux mettent à jour, à partir des données du volet « pratiques culturelles et sportives » de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de 2003 de l’INSEE – qui englobent l’usage de la radio et de la télévision, la lecture, les sorties « culturelles » (cinéma, théâtre, concert, etc.), les pratiques amateurs (dessin, musique, chant, écriture, etc.), les pratiques sportives, mais aussi la chasse ou la pêche – que la différenciation sociale des attitudes en matière de loisirs est d’abord gouvernée par une logique de cumul, qui distingue les individus en fonction du nombre et de la fréquence des activités pratiquées.

Comment interpréter cette logique d’accumulation ?

La thèse de Becker et Stigler (« De Gustibus Non Est Disputandum », The American Economic Review, vol. 67, n° 2, pp. 76-90 1977)  selon laquelle  la satisfaction retirée de la consommation obéit en certains cas à un principe d’utilité croissante (par exemple la satisfaction retirée de l’écoute musicale croît avec la multiplication des expériences d’écoute) peut  certainement être élargie à un certain nombre d’autres pratiques. Ainsi,

De même qu’il se crée dans l’écoute musicale un capital de compétence spécifique réinvesti dans les écoutes musicales successives, dont il accroît la « productivité », en encourageant et en facilitant l’accès à des pièces nouvelles ou plus exigeantes, de même la pratique d’un certain nombre d’activités culturelles ou sportives nécessitant initiation ou entraînement revêt-elle en quelque sorte un caractère auto-entretenu. Chaque épisode de « consommation » ou de pratique encourage la réitération d’une expérience qui devient moins «  coûteuse » à produire, par abaissement des barrières – symboliques, culturelles, psychologiques ou même physiologiques, dans le cas de l’entrainement sportif – à l’engagement dans la pratique, et qui produit plus de satisfaction.

La logique d’accumulation peut aussi s’expliquer en termes de carrière (Becker Howard, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, 1985). Le caractère cumulatif des activités doit être relié aux formes et aux contextes de socialisation des individus. Ainsi le cumul de pratiques est « corrélé au nombre et à la diversité des rencontres et des contacts, auxquels sont associées des opportunités d’engagement dans de nouvelles pratiques ».

Seules trois activités échappent à la logique de « cumulativité » : la pêche, la chasse qui sont des activités peu répandues, assez indépendantes du niveau et de la diversité des autres pratiques, et surtout l’usage de la télévision, qui est la pratique de loisir la plus banalisée.

Plus on regarde la télévision et moins on a de chances d’avoir d’autres activités tandis que plus on a d’activités et moins on la regarde.  Les seules activités dont le niveau de pratique est positivement corrélé avec le temps passé à regarder la télévision sont la pêche, la lecture de quotidiens régionaux (mais la corrélation est très faible, quasiment nulle) et… la lecture de magazine de télévision (très significative cette fois). Dans tous les autres cas, les coefficients de corrélation sont négatifs.

Les logiques sociales du cumul des activités

Si l’ensemble de la population cumule un certain nombre d’activités, la propension au cumul augmente fortement selon le niveau d’éducation.  Derrière la réussite éducative, se cache l’origine sociale, qui est « à la fois à l’origine de la réussite éducative et de l’éclectisme des pratiques ».

Si l’effet de l’école sur le niveau de certaines pratiques semble direct pour la lecture ou certains sports qui font l’objet d’un apprentissage scolaire, de manière plus générale, l’effet de l’éducation fonctionne plutôt de façon indirecte, « l’école ne favorisant pas seulement le développement de compétences spécifiques, mais aussi une capacité générale à maîtriser et traiter les informations de tous ordres (Ganzeboom, 1982). » On peut aussi défendre l’idée selon laquelle, les dispositions acquises dans le cadre scolaire sont transposables dans une infinité d’univers de pratiques, dans et hors du cadre scolaire.

Ne doivent pas être négligés l’effet important des ressources économiques  (en ce qui concerne des activités qui demandent l’acquisition de biens ou de services marchands), de l’âge (l’activisme sportif et culturel décroît significativement avec l’avancée en âge), et du degré d’urbanisation de la commune de résidence. Même si le pouvoir explicatif de la catégorie socioprofessionnelle est moins significatif que celui du diplôme, il existe un effet propre de la situation socioprofessionnelle sur l’activisme sportif et culturel : à revenu, diplôme, statut d’activité et lieu de résidence équivalents, les caractéristiques même de l’activité et de la situation professionnelle distinguent les attitudes observées dans les activités de loisir.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion sur « Les pratiques culturelles et sportives des Français »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.