L’improbable statistique

Extrait d’un entretien de Stéphane Beaud avec Nassim, un étudiant d’origine immigrée et populaire, dans 80 % au bac… et après ? (Beaud, 2002, 80% au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 372 p, p. 39)

” Les fils d’ouvriers, statistiquement, c’est vrai qu’ils sont dans les lycées professionnels… Mais moi je n’en fais pas partie, je suis dans l’autre partie. Moi, je suis pas dans la statistique… Mais j’admets que c’est vrai, j’admets les statistiques…
Quand même, c’est pas des conneries, mais personnellement, je dis que ça, c’est bête… (réfléchissant) Moi, je dis non : je ne fais pas partie de la statistique !… Même si je respecte la statistique ! Parce qu’elle est majoritaire, je la respecte, je dirai pas que c’est pas vrai dans la vie, mais, pour moi, dans ma tête, c’est pas vrai… Vous comprenez la nuance !… “

On se référera avec profit à Bernard Lahire (1994), ” Les raisons de l’improbable : les formes populaires de la “réussite” à l’école élémentaire “, in Vincent Guy (dir.), L’Éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Presses universitaires de Lyon ou à Tableaux de famille, 1995 pour l’étude des réussites improbables.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.