Retour à Reims, ouvrage intimiste et sociologique de Didier Eribon

Retour à Reims, un ouvrage de Didier Eribon (Fayard, Coll “A venir”, 2009)

Peut-on appliquer la connaissance sociologique à son cas personnel, à sa trajectoire sociale ? On peut être tenté de le faire, d’autant qu’on a connu une mobilité sociale qui nous a mis au contact de milieux différents. Bourdieu souhaitait que son travail permette aux dominés d’avoir conscience des mécanismes sociaux les maintenant dans leur condition. Ainsi, il définissait la socioanalyse comme un moyen d’avoir conscience, et donc d’avoir prise sur ses propres déterminations. Il n’existe cependant pas de sociologue proposant ses services pour effectuer un tel travail. Les socioanalyses sont finalement plus le fait de sociologues auto-analysant leur trajectoire sociale1. Ce genre d’exercice est rarissime, l’introspection n’étant pas une méthode de recherche en sociologie, son objectivité n’étant pas assurée.

Ce livre n’est pas un livre de sociologie à proprement parler. C’est un livre personnel dans lequel Didier Eribon revient sur une partie de sa vie qu’il a occultée durant de longues années. Natif de Reims, il a quitté cette ville pour suivre ses études à Paris. Reims symbolise son milieu d’origine, la ville où vivaient ses parents, qu’il n’a plus revus depuis son départ. C’est seulement après le décès de son père, qu’il décide de retourner à Reims pour y voir sa mère. Il n’a pas assisté à l’enterrement de son père. En feuilletant le traditionnel album photo familial, son passé lui revient en mémoire, son premier milieu de vie, duquel il s’est progressivement éloigné. Son frère aîné est allé en apprentissage, alors qu’il intègre le « lycée de garçons » de la ville. Dès lors leurs trajectoires vont diverger. L’auteur n’a jamais revu son frère aîné, ni ses deux frères cadets, ce dont il s’estime responsable. Tout l’opposait à son frère, celui-ci incarnant ce qu’il n’a jamais voulu devenir. Le propos de Didier Eribon n’est cependant pas totalement autobiographique ou mémoriel, il souhaite illustrer les analyses de Bourdieu par son propre vécu. L’auteur est en effet un proche de Bourdieu, de Foucault, s’inscrivant dans une pensée critique du monde social. Ainsi, il cite le cas de ses frères qui n’ont pas accédé aux études longues, comme un exemple parmi d’autres de la sélection sociale qu’opère le système scolaire.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio/Lectures

  1. Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’Agir, 2004 (paru plus tôt en Allemagne) et Richard Hoggart, 33 Newport Street, autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Le Seuil, coll. « Hautes études », 1991 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.