Des différences sociales entre hommes et femmes

L'arrangement des sexesIl y a quelques années (2002) est parue aux éditions La Dispute la traduction d’un texte de Goffman, initialement paru aux Etats-Unis en 1977, et jusqu’alors peu connu1. Il s’agit de L’arrangement des sexes.

Erving Goffman y montre qu’au fondement des différences sociales entre les sexes résident un grand nombre de croyances et de pratiques sociales, qui forment un système particulièrement efficace. L’argument des différences biologiques revient constamment sur le devant de la scène pour justifier les différences sociales entre les sexes, la lecture de cet ouvrage de Goffman permet d’en découdre avec cette idée reçue. L’enjeu théorique de cet ouvrage est bien d’évaluer la manière dont les différences entre les sexes sont constamment présentées comme explicatives des arrangements sociaux.

« Dans toutes les sociétés, le classement initial selon le sexe est au commencement d’un processus durable de triage, par lequel les membres des deux classes sont soumis à une socialisation différentielle. Dès le début, les personnes classées dans le groupe mâle et celles qui le sont dans l’autre groupe se voient attribuer un traitement différent, acquièrent une expérience différente, vont bénéficier ou souffrir d’attentes différentes. »

« Par tel ou tel geste ritualisé, les hommes ne vont pas manquer de montrer, de temps à autre, qu’ils considèrent les femmes comme des êtres fragiles et précieux, qu’il convient de protéger des dures réalités de la vie et auxquelles on doit témoigner amour et respect. Les femmes peuvent bien être définies comme étant de moindre valeur que les hommes, mais c’est avec sérieux qu’elles sont idéalisées, mythologisées, au travers de valeurs telles que le maternage, l’innocence, la gentillesse, l’attrait sexuel et ainsi de suite – un panthéon de moindre valeur peut-être, mais tout de même un panthéon. De plus, de nombreuses femmes – peut-être leur grande majorité aux Etats-Unis même de nos jours – sont profondément convaincues que, si désolante que soit la place qui leur est faite dans la société, la vision officielle de ce qui différencie leurs caractéristiques naturelles de celles des hommes est exacte et qu’elle l’est éternellement et naturellement. Ce sont ces facteurs particuliers associés à la position des femmes qui introduit une ressemblance considérable entre notre monde moderne égalitaire et les mondes les plus patriarcaux que nous puissions imaginer. »

Pour en savoir plus :

Courte note de lecture

Une analyse chez les Chiennes de garde

  1. Le titre original est  » The arrangement between the Sexes  » in Theory and Society, vol. 4, n° 3, 1977, pp. 301-331 []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.