Filmer le travail – Films et travail

Filmer le travail, films et travail -Cinéma et sciences sociales
Un ouvrage sous la direction de Corine Eyraud et Guy Lambert (Université de Provence, Coll “Hors Champ”, 2010)

En novembre 2007 s’est tenu à Aix-en-Provence un colloque international « Filmer le travail » qui visait à penser l’usage du film à des fins de recherche en sociologie du travail. L’ouvrage qui en est issu1 est livré avec un dvd, qui propose les extraits de films analysés dans les communications. Les films ont une durée comprise entre 4 et 13 min, ils sont soit proposés en visionnage intégral, soit découpés par extraits et ralentis pour une meilleure appréhension. Dans le corps du texte, des captures video permettent parfois de faciliter la mise en relation de l’analyse des séquences et l’observation multimedia du lecteur2. Deux axes organisent la réflexion : le premier intitulé « Filmer le travail » regroupe des articles qui visent à utiliser l’analyse filmique pour observer, et analyser le travail, le seconde intitulée « Films et travail » part des objets filmiques (films, séries télé…) pour y analyser les représentations sociales du travail. Un livre-multimédia à double entrée et un ouvrage transversal dirigé par une sociologue (Corine Eyraud) et un réalisateur (Guy Rambert).

L’introduction pose un cadre de réflexion nécessaire et stimulant pour penser la production audiovisuelle en sociologie : force est de constater que celle-ci est minorisée, le champ disciplinaire de la sociologie peinant à leur accorder une reconnaissance scientifique. La production audiovisuelle n’est pas considérée par les chercheurs ou les doctorants comme une source légitime de connaissance scientifique. Cette situation de méconnaissance se double d’une réticence des terrains à accepter que soit filmé le travail {in situ} (Gilles Remillet s’en fait l’écho dans son intervention), et se confronte au silence médiatique dans lequel évoluent les productions filmiques sociologiques. L’écrit domine l’univers des communications scientifiques (il est très difficile de faire accepter à côté d’une communication orale la production d’un film) et à cet égard cet ouvrage-dvd inaugure peut-être une tradition… L’introduction est l’occasion également pour Monique Haicault de dresser un panorama des films existants en sociologie du travail et de pointer l’angle d’observation du travail convenu qui y est adopté le plus souvent : peu de films abordent l’innovation, le milieu de l’économie de la connaissance, de la culture, le travail des femmes passe également inaperçu.

Lire la suite de cette note de lectures sur Liens Socio/ Lectures

  1. Il propose 25 communications sur les 35 ayant lieu pendant le colloque []
  2. Autant d’éléments que ce compte-rendu ne peut malheureusement pas reproduire… []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.