Les enjeux sociaux du hammam

Pour changer un peu de thématique, voici un article sur le hammam. Je vous propose à nouveau quelques extraits de l’article, afin de vous donner le goût de sa lecture. ” Les enjeux sociaux du corps. Le hammam maghrébin (XIXe-XXe siècle), lieu pérenne, menacé ou recréé “, Omar Carlier, Annales, 2000

« Lieu du corps mortel, fragile et périssable, le hammam est unanimement recommandé pour ses vertus hygiéniques, relaxantes et thérapeutiques. On le tient, non sans de bonnes raisons, comme le meilleur des remèdes, à la fois préventif et curatif, bien préférable à la saignée du barbier et parfaitement complémentaire d’une vieille et savante médecine de guérison par les plantes. »

« Le bain de vapeur procure le repos, le bien-être, et convient encore mieux de ce fait à l’esprit tendu ou stressé. Il impose, en effet, la relaxation et le soupir. Le masseur y tire les muscles et rompt les os, pour mieux reconstruire l’individu. La chaleur de l’étuve fait le reste. Elle s’impose au corps, le transforme, le soulage »

« Lieu du corps sexué, le hammam organise, symbolise et synthétise le mode de relation et de séparation entre les hommes et les femmes. Aucun autre espace n’institue aussi fortement que lui le mélange des genres que représente la mixité des sexes. Mais aucun autre n’en règle aussi précisément le partage. Il inclut et exclut, selon un principe de stricte alternance qui établit entre eux la parité, mais non l’égalité. Aux hommes le matin, après la prière (fajrj, ou le soir, après le travail ; aux femmes, l’après-midi, avec les enfants, après le repas du ftar »

« Toutes les raisons sont bonnes pour aller au hammam. Certaines sont partagées par tous ses adeptes, mais les usages prédominants diffèrent. Provisoirement coupés du monde et détachés du temps, les hommes y viennent pour réparer le corps et préparer le rite, les femmes pour échanger de la parole et des nouvelles, et écouter leur être respirer leur peau.

C’est que, pour être le lieu privilégié du corps biologique, soumis aux lois de la nature, le hammam est aussi le lieu par excellence du corps social, gouverné par la culture, elle-même accordée aux lois de Dieu. Égalisant les rapports entre les hommes, accompagnant la sortie de l’enfance et normalisant la relation entre les sexes, le hammam discipline l’expression des affects, corrige ou compense les stigmates de la domination, canalise les marques de la distinction et prévient les risques de désordre. L’étuve contribue donc à renforcer le lien social. »

” Pourtant, le hammam résiste assez bien, en Afrique du Nord, aux objets, aux techniques et aux pratiques de la modernité, surtout en Algérie et au Maroc. D’abord parce qu’il a conservé et même renforcé, à l’époque coloniale, une multi-fonctionnalité très ancienne. Au xvme siècle, le hammam servait couramment d’hôtel, ou plutôt de dortoir, aux marchands de passage, quand ils ne trouvaient pas de place au fondouk, réservé à cet usage, ainsi qu’aux travailleurs saisonniers, voire aux paysans venus en ville, qui ne pouvaient faire l’aller et retour dans la journée. Dès la fin du xixe siècle et, plus encore, dans le premier tiers du XXe siècle, le fondouk décline. L’hôtel, précisément, sur le modèle européen, prend le dessus. Mais, pour les « classes inférieures », la gargote, le café et surtout le bain font plus que jamais l’affaire. Le hammam est pour elles le seul hôtel qui vaille. Des années 1930 aux années 1950, que ce soit à Tlemcen ou Constantine, le hammam- dortoir et l’hôtel progressent à mesure que le fondouk régresse”.
“D’autres innovations menacent également le hammam. Dès avant la Seconde Guerre mondiale, la salle de bain gagne du terrain, déjà banalisée chez les élites, sinon dans les couches moyennes. Et puis, partout au Maghreb, même là où cette nouvelle pièce fait défaut, la progression de l’eau courante dévalorise le rôle de la fontaine et l’importance hygiénique de l’étuve.”

Agence matrimoniale, lieu de parole, mémoire du proche

“C’est au bain, traditionnellement, que le mariage se prépare, c’est là qu’il s’accomplit en tant que rite de passage On s’informe auprès de la patronne, de la masseuse, des voisines, des autres qualités ou défauts de l’élue potentielle, du statut et du bon renom de sa famille. Le hammam est donc une sorte d’agence matrimoniale, mais aussi un lieu à la fois cérémoniel et festif, sans lequel mariage et naissance ne peuvent être pleinement socialisés. Avec ses proches, dans la connivence de la parenté et la solidarité du voisinage, la fiancée y est parée et préparée, l’accouchée félicitée et réconfortée. S’il entre aussi pour les hommes dans le rituel du mariage, le bain est encore plus essentiel pour les femmes, car il associe pureté, fertilité et festi vité, en intensifiant le bonheur de la féminité.”


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.