Dans les pas des contrôleurs des prestations sociales

Dans les pas des contrôleurs des prestations sociales. Travailler entre droit et équité
Un ouvrage de Anne-Lise Ulmann (L’Harmattan, coll. “Action et savoir”, 2010)

L’ouvrage d’Anne-Lise Ulmann Dans les pas des contrôleurs de prestations sociales s’inscrit dans la lignée des ouvrages d’Alexis Spire1, Yasmine Siblot2 et Nicolas Duvoux 3 qui visent à montrer les « coulisses de l’état social »4. Issu d’une enquête de terrain menée aux côtés des contrôleurs des prestations sociales (expliquée et motivée dans le chapitre 7) l’ouvrage, qui fait la part belle aux propos des enquêtés, nous fait suivre le travail du contrôleur pas à pas : l’enquête (chapitre 3), la prise de notes (chapitre 4), la rédaction du rapport final (chapitre 5). Le livre s’ouvre « sur les pas de Daniel » contrôleur assermenté de la Caisse d’allocations familiales. Daniel a accepté que l’auteure suive de près son travail de contrôle : à l’ordre du jour un rendez-vous avec le directeur d’une école primaire pour un signalement d’absence scolaire, une vérification d’identité d’une dame demandant l’asile politique. Rendez-vous au domicile des personnes, rendez-vous aux Assedic.

La première partie de l’ouvrage (deux chapitres) dessine le nouvel agencement institutionnel des Caisses d’allocation familiales. Visage à la fois modernisé, gestionnaire et technocratique. Les Caisses d’allocations familiales sont prises dans le tourbillon de la modernisation des entreprises et des institutions publiques, nouvelle vision issue de la littérature managériale, qui vise à transformer les rapports avec les « usagers » des Caisses d’allocation familiales. Afin de pacifier les relations avec les « allocataires », ceux-ci doivent être considérés comme des clients. Outre la variation sémantique, cette nouvelle donne redessine la figure du contrôleur de prestations sociales. Celui-ci acquiert une nouvelle visibilité, ses fonctions s’étoffent mais en même temps que des procédures et des outils réglementent ses pratiques (une charte de contrôle organise son travail). La fonction de contrôle se déploie actuellement dans un contexte politique de suspicion généralisée à l’encontre des allocataires, que la figure du fraudeur permet de rassembler.  Si la fonction de contrôle est désormais un impératif jamais remis en cause, elle se heurte aux contraintes de l’organisation et à l’optimisation du ratio coût/efficacité : ainsi les contrôles visent-ils d’abord les sommes importantes et par voie de conséquence les personnes les plus fragilisées.

Lire la suite de ce compte-rendu dans Liens Socio

  1. Spire, Alexis, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir, 2008 []
  2. Siblot, Yasmine, Faire valoir ses droits au quotidiens. Les services publics dans les quartiers populaires, Paris, Presses de Sciences Po, 2006 []
  3. Duvoux, Nicolas, L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion, Paris, Presses universitaires de France, coll. “Le lien social”, 2009 []
  4. Serre, Delphine, Les coulisses de l’Etat social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Raisons d’agir, Coll. “Cours et travaux”, 2009 []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.