L’Ecole et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique.

L’Ecole et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique. Un ouvrage de Geneviève Mottet et Claudio Bolzman (IES Editions, Collection du Centre de recherche sociale, Genève, 2009)

Les discours sur l’école et « la crise » qu’elle traverserait sont nombreux, et pourtant ne parviennent pas à expliquer les problématiques de cette institution. Au contraire, ces discours semblent accentuer la confusion et la méconnaissance de l’école et de ses mécanismes sociaux, plutôt que de les rendre plus évidents et identifiables. Cela n’est cependant pas un constat isolé, les discours communs s’appuient et accentuent des facteurs qui seraient susceptibles de révéler par leur seule mobilisation les clés des problèmes sociaux. Ainsi, l’origine « ethnique » des élèves serait un élément central, voire unique, pour expliquer les inégalités des parcours scolaires. La prégnance de cette représentation culturaliste est manifeste, depuis les médias jusqu’aux enseignants, en passant par les représentants politiques. Il ne s’agit cependant pas pour les auteurs de cet ouvrage, de pointer le travail et l’action des acteurs du champ pédagogique qui travaillent avec des élèves d’origine étrangère. Leur approche reprend celle qu’avait adoptée Bernard Lahire à propos de « l’illettrisme »1. Ainsi, leur regard se porte sur les structures et discours qui encadrent et modifient le travail et les représentations de ces acteurs de l’enseignement.

Les enseignants, qui arrivent en dernière ligne de la « chaîne de production idéologique », sont donc directement identifiables comme les porteurs essentiels d’une explication culturaliste de l’inégalité des chances de la réussite scolaire. Ce livre permet d’une part de relativiser ce point de vue et, d’autre part, de mieux saisir les mécanismes à l’oeuvre dans la construction et la diffusion d’une explication « ethnicisante » des problèmes liés au constat de l’inégalité des chances entre les élèves. Il est à noter que l’étude appuyant cet ouvrage a été menée dans le canton de Genève, ce qui n’empêche pas en soi d’étendre leurs conclusions au cas suisse ou français, mais nécessite semble-t-il des nuances ou certaines modifications. D’une part, la Suisse, et plus particulièrement le canton de Genève ont connu une forte immigration dès le début du 20ième siècle. D’autre part, la situation de l’emploi est plus favorable en Suisse qu’en France, même si la région lémanique connait un taux de chômage parmi les plus élevés de Suisse2.  Dès lors que le marché de l’emploi est moins concurrentiel, le rôle de l’institution scolaire, de sélection des individus pour des emplois relativement rares, devient moins nécessaire.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Lahire B. (1999). L’invention de « l’illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates. Paris. La Découverte. []
  2. Pour avoir des données précises sur tous ces points on pourra se reporter au site de l’Office fédéral de la Statistique []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.