Enseigner Hitler plus qu’un enseignement, un impératif moral

Alexandra Oeser livre avec Enseigner Hitler. Les adolescents face au passé nazi en Allemagne (Editions de la Maison des sciences de l’homme, Collection du CIERA, 2010) un livre d’une grande richesse. Son objet : la constitution et la transmission de la mémoire de la période national-socialiste allemande. Le passé nazi, plus que tout autre est construit collectivement. L’auteure dans cet ouvrage appréhende les usages différenciés du passé nazi par des adolescents allemands âgés de 14 à 18 ans, selon leur âge, sexe, trajectoire sociale, intérêts et engagements politiques, activités quotidiennes et scolaires et extra-scolaires. Il s’agit donc de proposer une réflexion sur la constitution de la mémoire en contextes, l’institutionnalisation et la transmission de l’Histoire.

Ici l’auteure choisit de penser l’institution scolaire comme le support et le cadre social des (ré)-appropriations adolescentes de ce passé, car ce qui est en jeu c’est bien ce font les adolescents avec ce passé : rejet, déni, ou au contraire boulimie de lectures sur la période, volonté tenace et active de s’approprier l’histoire. L’enquête d’Alexandra Oeser s’appuie en effet sur un travail de terrain ethnographique mené par observations et entretiens sur trois années au sein de quatre établissements scolaires du second degré : deux à Hambourg, deux à Leipzig dans l’ancienne République démocratique. Les quatre établissements retenus présentent des profils institutionnels et sociologiques différenciés tant pour leur implantation et recrutement

Comment transmettre le passé nazi aux générations futures ? Derrière cette question se lit l’angoisse de l’oubli du passé (elle est palpable dans le discours des enseignants interrogés, mais également chez les élèves). La présence du passé nazi dans les médias allemands, dans les institutions et manuels scolaires est à la hauteur de l’enjeu : former des générations de lycéens conscients et armés face à la lourdeur du passé nazi. Comme le montre Alexandra Oeser dans le premier chapitre, l’enseignement de l’histoire nazie est conçu comme devant être au service de la démocratie.

Véritable impératif moral national, l’enseignement du passé nazi doit permettre d’évacuer le néonazisme : il s’appuie sur la transmission de valeurs de tolérance, de refus de l’antisémitisme et du racisme et fonctionne par appel à l’émotion.1. L’auteure rend compte de la place toute particulière qu’occupe en Allemagne l’histoire du passé nazi : s’il « faut se souvenir » du passé nazi2, encore faut-il s’en souvenir de façon juste pour « faire en sorte qu’Auschwitz ne se reproduise pas ». Il y a des « bonnes » manières de parler du passé nazi : Alexandra Oeser montre que les réappropriations les plus légitimes du passé nazi sont corollaires à la réussite scolaire. L’auteure est attentive aux trajectoires sociales qui permettent le développement des rapports les plus légitimes au passé nazi (chapitre 2), elle se penche également sur les processus d’appropriation peu scolaires du passé nazi (ceux qui ne « veulent plus en entendre parler ») (chapitre 5), ceux qui utilisent le passé nazi comme une ressource selon des sens peu légitimes (chapitre 4).

Parmi les rapports différenciés au passé nazi qu’Alexandra Oeser dégage, on notera l’importance du genre (chapitre 3). Les usages féminins et masculins de l’histoire du nazisme sont différenciés : sources d’information, degré d’adhésion… Si les filles manifestent un fort intérêt pour les romans sur le génocide juif, les autobiographies sur le nazisme, les garçons favorisent peu la forme romanesque pour s’informer. L’intérêt des filles se porte sur les victimes tandis que les garçons vont s’intéresser aux batailles, aux stratégies militaires… On retrouve ce clivage de genre chez les professeurs interrogés.

Au total, l’auteure livre un ouvrage informé et nuancé, qui permet de travailler la question de la mémoire d’un point de vue sociologique. On remarquera pour finir l’existence d’un système d’annexes complet reprenant les informations sociodémographiques sur les personnes interviewées (enseignants et élèves). C’est d’ailleurs l’un des points forts de l’ouvrage que de toujours contextualiser les paroles des enquêtés, d’ailleurs abondamment citées, en les référant aux professions des parents et grands-parents, ce qui permet au lecteur d’avoir toujours en tête les caractéristiques sociales des enquêtés.

  1. Les enseignants mettent en œuvre une pédagogie du bouleversement affectif : le sentiment de culpabilité provoqué chez les élèves doit susciter un sentiment de responsabilité politique. Le film La liste de Schindler est par exemple le matériel audiovisuel le plus cité par les enseignants et les élèves. Cette nécessité de susciter l’émotion implique la volonté de créer une identification aux victimes []
  2. « Il ne faut pas oublier » est une phrase qui revient de façon très fréquente dans les entretiens []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion sur « Enseigner Hitler plus qu’un enseignement, un impératif moral »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search