Diplôme et début de carrière

Si le diplôme reste une protection forte contre le chômage, les diplômes sont loin d’avoir tous la même rentabilité sur le marché du travail.

On ne peut nier le “coefficient de préservation” (si l’on adopte le vocabulaire durkheimien utilisé dans Le Suicide) que représente le fait de détenir un diplôme. En effet les jeunes qui n’ont aucun diplôme sont les plus pénalisés, 23 % d’entre eux n’étant pas présents sur le marché du travail et 31 % des jeunes actifs sans diplôme étant au chômage,  de plus le salaire médian de ceux qui travaillent est proche de 1 100 euros.

A l’autre extrême, sur la période 2003 – 2009, les titulaires d’un doctorat de santé ayant terminé leurs études depuis moins de onze ans, ont un taux de chômage moyen de 2% et un salaire mensuel médian supérieur à 2500 euros. Faut-il voir dans le diplôme, quel qu’il soit, une arme absolue contre le chômage ?

Daniel Martinelli et Corinne Prost qui signent le dernier numéro d’Insee Première (N°1313, Octobre 2010) montrent que tel n’est pas le cas. À partir de quatre indicateurs (taux de chômage, proportion d’emplois à temps partiel, catégorie sociale de l’emploi et salaire, ils décrivent les débuts de carrière des salariés et classent les diplômes et spécialités en trois grands groupes selon leur rentabilité sur le marché du travail.

Sans reprendre l’ensemble de leurs conclusions, on peut retenir quelques idées principales :

– les CAP-BEP des services, les CAP-BEP en textile, habillement, cuir et les baccalauréats professionnels de secrétariat sont peu favorables sur le marché du travail : le taux de chômage des salariés issus de ces formations dépasse souvent 20 % au cours des dix premières années de vie active. Très féminisées, ces formations débouchent sur des emplois peu rémunérateurs et très souvent à temps partiel.

– les DUT-BTS, les licences professionnelles de la production, les licences ou masters en sciences ou informatique, les  formations de la santé (infirmiers ou médecins) favorisent des bons débuts de carrière

– A l’inverse, certains DUT-BTS, certains masters notamment en sociologie, en psychologie et en arts ne sont pas favorables à l’emploi. Dans ces spécialités le rendement du diplôme n’est pas positif : ainsi les titulaires d’un Deug en lettres et sciences humaines ont une situation sur le marché du travail est  comparable à celle des titulaires de CAP ou BEP de la production.



Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion sur « Diplôme et début de carrière »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.