Atlas des fractures scolaires

Atlas des fractures scolaires en France. Une école à plusieurs vitesses, un ouvrage de Patrice Caro et Rémi Rouault (Autrement, Coll “Atlas/Monde”, 2010)

La collection des Atlas aux éditions Autrement publie un Atlas des fractures scolaires en France rédigé à quatre mains par Patrice Caro et Rémi Rouault, tous deux professeurs de géographie à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il vise en moins de 80 pages à faire un tour d’horizon des inégalités à l’école.

Il s’agit de donner à voir les inégalités scolaires sur le territoire : offre de formation, taux de réussite (évaluation en école primaire, taux de sortie sans diplôme, réussite aux examens…), dérogations, options rares, poursuite post-bac…Faisant varier les échelles d’analyse géographique (Monde, Union européenne, métropole, outre-mer, département, ville, quartier) les auteurs démontrent carte après carte qu’options et dérogations, stratégies parentales, choix des filières et diversité des établissements sont très inégalement répartis sur le territoire. Les options rares ne sont généralement présentes que dans les métropoles : par exemple l’implantation du chinois en langue vivante 1 ou 2 n’est pratiquée que dans une vingtaine de départements. A l’inverse, de nombreux départements ruraux, en déprise démographique, sont mieux pourvus que la moyenne en options artistiques. De même les entreprises de soutien scolaire sont présentes dans les métropoles (l’Ile de France est la plus densément pourvue, surtout dans les banlieues aisées) et absentes des départements ruraux peu peuplés.

En déplaçant la focale, les auteurs se concentrent alternativement sur les académies, établissements, corps enseignant, élèves. On découvre ainsi que selon les académies le corps enseignant n’est pas homogène : la part des enseignants de collège et de lycée de moins de trente ans varie fortement (ils sont six fois plus nombreux dans l’académie de Créteil que dans celle de Rennes), le statut des enseignants varie également fortement selon les académies, de même que la part des enseignants du privé (dans les régions Bretagne et Pays de la Loire, la part des enseignants du privé est proche de 50%, contre moins de 10% en PACA par exemple). Le budget des collectivités territoriales (elles financent les investissements immobilier, unités de restauration, gros équipements pédagogiques et le fonctionnement des établissements secondaires (maintenance et entretien, matériels et consommables, documentation et manuels scolaires) varie dans des proportions considérables suivant les effectifs scolarisés et les objectifs adoptés : ainsi le département de Lozère dépense près de 30 fois moins que celui du Nord.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « Atlas des fractures scolaires »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.