Une relecture des relations franco-allemandes

Nathalie Mangin, « Les relations franco-allemandes et les bains mondains d’Outre-Rhin », Histoire, économie & société, 1994

Au milieu du XIXe siècle et jusqu’à 1870, les bains mondains d’outre-Rhin (Bade, Ems, Wiesbaden) sont les lieux de villégiature privilégiés des élites européennes. La vogue de ces bains allemands repose sur différents facteurs dont la qualité des eaux minérales semble souvent le premier facteur nécessaire. Le jeu, une brillante vie mondaine et artistique et une publicité habile ont fondé ce succès des stations d’outre-Rhin.

Les jeux de hasard sont au cœur du succès des bains mondains. La réclame de la station est fort claire à ce sujet, qui affirme : «Et les malades, les infirmes, ceux qui prennent les eaux ? Il n’y en a pas, ou du moins ils se cachent, pour ne pas attrister, par leur présence, ces lieux enchanteurs ». Ce qui attire les élites, ce n’est pas le soin de leur santé mais l’obéissance «au pouvoir qui, seul de nos jours a su se maintenir sans contestation : la Mode, reine du Monde élégant!»

“A Bade, c’est la vie mondaine brillante qui attire le high-life de l’Europe entière”. Et avant la station de cour, les luxueux salons et la fréquentation aristocratique internationale, ce sont les jeux de hasard qui sont de façon éclatante à l’origine du succès international des stations d’outre-Rhin. Ce sont les tables de roulette et de Trente-et- Quarante qui permettent à Bade d’attirer les foules, de retenir les mondains et de combler les esthètes. Les villes d’eaux ont toujours été conscientes de l’atout considérable que représentaient les jeux publics

La guerre et les tensions thermales outre-Rhin

La guerre franco-prussienne, sonne le glas de l’apparente harmonie des relations franco-allemandes qui s’exprimait jusqu’en 1870 dans l’importante fréquentation française outre-Rhin. En 1871, une ardente campagne patriotique est inaugurée dans la presse thermale française. C’est en avril 1871 que la Gazette des Eaux, tribune du thermalisme français, engage sa croisade patriotique en faveur des stations françaises. « Le 13 avril 1871, le nouveau credo est réaffirmé : «II est de l’intérêt autant que du devoir des établissements d’eaux minérales en France de détourner à leur profit le courant de touristes, d’oisifs et de malades qui s’en allait chaque année au delà du Rhin »

Cette croissance française dissimule bien évidemment sous la dialectique patriotique d’importants enjeux économiques qui se sont déjà exprimés dans la presse locale à l’occasion des deux conflits de 1859 et 1866. La nouveauté de 1871, c’est que la presse thermale, après avoir été longtemps un des meilleurs agents de promotion des stations d’outre-Rhin, reprend à son compte les griefs et les desiderata des stations françaises, et les fonds dans un grand argument patriotique. «Garder pour la France l’argent des Français»…, «promouvoir les stations françaises»…, «concurrencer les bains allemands en adoptant leur meilleure arme – le jeu. . .», la lutte concurrentielle reprend les idées anciennes et les légitimise au goût du jour en invoquant le devoir patriotique.

Le paradoxe de la croisade engagée par le thermalisme français tient au fait que jusqu’au début du XXe siècle, la presse thermale ne remet pas réellement en cause la valeur des eaux allemandes et ne cache pas que la guerre engagée vise plus les Allemands que leurs eaux thermales.

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, qui consommera la faillite de cette vie de villégiature thermale, cette rivalité empêchera la société aristocratique cosmopolite de retrouver une station qui fasse l’unanimité internationale.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search