Les Hmong à l’usine

Jean-Pierre Hassoun, « Les Hmong à l’usine », Revue française de sociologie, 1988, Vol 29, pp. 35-53

Quelles sont les conséquences de la migration ? J-P Hassoun étudie ce phénomène à travers le prisme de l’insertion professionnelle qu’offre la société d’accueil aux migrants Hmong. L’article porte sur la découverte du monde industriel par des réfugiés d’ethnie hmong arrivés du Laos en France après 1975. L’insertion des Hmong sur les postes d’O.S., modifie leurs représentations du travail, avec la découverte de la notion de productivitié, produit une égalisation socio-professionnelle intra-ethnique et un nivellement inter-ethnique par rapport à d’autres populations côtoyées dans la société de départ.

Jean-Pierre décrit l’uniformité d’une mutation. Dans les premières années de la migration tout le monde se retrouve à la même place pour aborder la vie en France. Ainsi un modeste cultivateur se retrouve os-soudeur et un ancien colonel, dont le père fut un des premiers chefs de canton hmong au Laos, dépose les assiettes dans le four d’une usine de porcelaine. Exemple de nivellement par le bas le plus accentué mais qui reflète bien un mouvement général.

« Pour moi, la vie ici en France, c’est plus dur que chez nous, pour les autres c’est peut-être plus facile ? Pour ceux qui étaient fonctionnaires, pour la nourriture, on se nourrit mieux ici, mais pour le travail c’est beaucoup plus dur qu’au Laos. Pour ceux qui faisaient la terre, c’est peut-être plus facile. Ils n’avaient pas de salaire, pas d’argent en billets, ils avaient le grenier à riz, c’était ça leur argent. Les fonctionnaires, ils avaient leur argent, parfois même des rizières. Pour eux, la vie était plus facile. Ils avaient les honneurs, l’importance» (militaire de rang moyen devenu par la suite fonctionnaire, aujourd’hui os. dans un abattoir)

Dans le contexte français, plus personne ne peut être considéré comme « un homme qui a » (ib neeg muag). Plus personne non plus ne peut être considéré comme un « expert », kws, ni faire jouer le prestige autrefois attaché aux fonctions d’autorité (des militaires ou des fonctionnaires. Ce mouvement s’applique donc uniformément, mais ne produit pas les mêmes effets selon les individus. Certains — ceux qui étaient, dans l’espace social d’origine, les mieux pourvus en biens matériels et symboliques (militaires gradés, commerçants, fonctionnaires, etc.) subissent à l’évidence un double affaissement : d’abord et surtout par rapport à leur groupe ethnique d’appartenance mais aussi par rapport à leur ancienne société globale de référence, c’est-à-dire la société laotienne où ils commençaient, dans certains cas, à disposer d’un statut. Pour d’autres — ceux qui occupaient les métiers les moins lucratifs et les positions les moins honorifiques (agriculteurs et soldats faiblement gradés principalement) – , ce mouvement gomme à leur avantage les écarts.


Quand les Hmong évoquent leur situation et leur avenir en France, ils font souvent référence à cette égalisation, sorte de rattrapage inter-ethnique, particulièrement concret dans la vie de travail, mais que l’on pourrait généraliser à d’autres aspects de la vie sociale et qui participe aussi, mais cette fois positivement, de la découverte d’une société moderne. Si les Hmong utilisent encore l’espace social d’origine comme système relationnel de référence, ils sont également vite amenés à prendre en compte l’espace social français pour situer et apprécier leur nouvelle position. Cette prise de conscience de la condition ouvrière qui est maintenant la leur se heurte tout d’abord à un manque linguistique. En effet, il n’existe pas dans la langue hmong de terme générique pour désigner la catégorie sociale des ouvriers, pour la simple raison que cette catégorie n’existait ni dans l’espace social hmong traditionnel, ni dans l’espace social transformé issu de la guerre, ni même dans la société laotienne en général. Ainsi quand ils expliquent (entre eux) leur activité quotidienne, ils décrivent le plus concrètement possible leurs gestes de travail. Du même coup, ils ne soulignent que l’aspect manuel et éventuellement technique de leur emploi sans exprimer la catégorie sociale à laquelle cette activité renvoie.

Par Frédérique


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search