La décriminalisation de la sorcellerie en France

Alfred Soman. La décriminalisation de la sorcellerie en France, Histoire, économie & société, 1985, n° 2, pp. 179-203.

Sur la période 1540-1670, 1 254 individus ont été prévenus de sorcellerie et 97 de magie, à l’encontre desquels la Haute Cour passa un jugement définitif ou interlocutoire. Une centaine de procès pour sorcellerie démontrent des abus grossiers dans la première instruction devant les tribunaux subalternes. Alfred Soman dévoile dans cet article toute la violence illégale contre les sorciers.

Pour débusquer un sorcier, l’une des pratiques courantes est l’épreuve de la baignade, « Grand spectacle public consistant à jeter le « candidat », pieds et mains liés, dans la rivière, dans l’étang ou dans le fossé du château. S’il surnageait, il était sorcier. Cette pratique invétérée s’avérait d’autant plus indéracinable que les accusés eux-mêmes demandaient à être baignés, y voyant malgré les risques une chance de prouver leur innocence auprès des voisins et de démontrer, une fois pour toutes, que leurs guérisons par simples et par oraisons n’avaient rien de diabolique ». La chasse aux sorciers dans la France de l’Est donne lieu à de nombreux lynchages.

Progressivement, les autorités vont prendre conscience des abus manifestes en fait de procès de sorcellerie. « Soudain, le Parlement se voit saisi d’un afflux d’affaires ardennaises démontrant des abus spécifiques de la sorcellerie : lynchages, baignades, poursuites tellement nombreuses qu’elles dépassent toute vraisemblance. Qu’un village se décide à se débarrasser de son sorcier (avec sa maisonnée infectée) — de deux à la limite —, cela se comprend. Par contre, quand le seul siège de Givry s’en prend à dix-huit, quand le juge de Brieulles-sur-Bar parle de « viim viic lx sorciers » dans son voisinage, indubitablement il s’agit d’autre chose que de justice. » Les archives du Parlement conservent les traces de plus de cinquante accusés de sorcellerie lynchés ou exécutés sans appel entre 1587 & 1588, cas qui ne représentent sans doute qu’une fraction du total.

La Cour saisie relaxe tous les survivants, quant au rétablissement de l’ordre, la Cour suspend les magistrats, s’ajoute à cette première mesure des destitutions et condamnations « à faire amende honorable ( !) ; quelques peines de fouet et de bannissement à l’encontre des particuliers ; « deffenses aux habitans et justiciables… de s’entremettre du faict de la justice, ny user de contraincte et menasses à l’endroict des juges » ; prohibitions de la baignade. »

L’interdiction générale de la baignade, du 1er décembre 1601 marque une date capitale dans la lutte du Parlement contre les abus des procès de sorcellerie. Elle est suivie, en 1604, par l’arrêt d’une deuxième mesure lourde de conséquences pour l’avenir : l’appel de droit. Les années 1600 à 1604 constituent un tournant pour les procès de sorcellerie. Après 1599, le taux d’arrêts de mort fléchit jusqu’à 8,5 % et la prépondérance féminine disparaît : de 1582 à 1599, 33 femmes et 20 hommes sont condamnés au bûcher ; de 1600 à 1610, 8 femmes et 14 hommes

L’assassinat d’Henri IV paraît toutefois inaugurer une phase de décriminalisation accélérée. Le régicide a pour effet immédiat de reporter l’attention de la justice sur les crimes de lèse-majesté, aux dépens notamment des procès de sorcellerie. L’appel de droit provoque une chute spectaculaire du nombre d’appelants : alors que la moyenne annuelle depuis 1605 (pointes exceptées) se situait à onze, de 1626 à 1640 elle tombe à quatre. Dans un premier temps — de 1624 à 1630 — le taux de relaxe s’élève prodigieusement à 71 % : 54 % des hommes et 83 % des femmes ! Par la suite (1631-1640), les cours subalternes se seraient adaptées au nouvel ordre, de sorte que le pourcentage d’élargis retombe à 41 %.

Alfred Sorman établit par ailleurs une concordance de la décriminalisation de la sorcellerie en france, donc mais également en Espagne et en Angleterre. « Souvent citée comme preuve des torts et insuffisances de l’ancienne justice, la chasse aux sorciers a été, en réalité, une rude épreuve honorablement surmontée. De cette épreuve naquit l’appel d’office, généralisé en 1670 à tout crime de droit.



Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search