Faire d’un pèlerinage une distinction, l’exemple du Rocio

« Traditions festives, enjeux économiques et distinctions sociales dans le pèlerinage andalou du Rocío », Maxime Haubert, Sociétés contemporaines, 2008

Rocío est à la fois le nom de la Vierge en l’honneur de laquelle se fait le pèlerinage (La Virgen del Rocío ou Nuestra Señora del Rocío, c’est-à-dire de la Rosée), celui du hameau qui s’est développé autour de son sanctuaire, à une quinzaine de kilomètres d’Almonte, et celui du pèlerinage lui-même.

Le Rocio apparaît comme un concentré de folklore festif, par les habits « typiques » que revêtent un grand nombre de pèlerins (pour les femme, par exemple, la longue robe à volants, dite de gitana ou de flamenca, accompagnée d’un châle, d’une fleur dans les cheveux et aux oreilles de grandes boucles de couleur ; pour les hommes le traje corto, veste sans col s’arrêtant à la taille et pantalon protégé pour les cavaliers par des zahones ­ tablier de cuir ouvragé que des jambières prolongent jusqu’aux bottes), par les fandangos et les sevillanas (sortes de séguedilles très populaires dans la région) que l’on danse à tout moment au son des fifres et des tambours, par les couplets (coplas rocieras) qui chantent les différents moments du Rocío, ou encore par le rituel infiniment répété des invitations à boire et à partager des tapas. Le pèlerinage semble une réplique de la feria (fête de printemps) de Séville.

Maxime Haubert appréhende ce pèlerinage par le biais des différences de comportement entre les participants en fonction de leurs positions sociales respectives, spécialement en ce qui concerne les dépenses réalisées et le respect d’une tradition prétendument multiséculaire. Les dépenses « excessives » auxquelles se livrent de très nombreux participants au Rocío, ou rocieros, ont souvent été dénoncées. Notamment ceux qui possèdent ou louent au Rocío une vaste demeure qu’ils n’utilisent à la limite que pour les quelques jours du pèlerinage et où ils accueillent fastueusement un grand nombre d’invités (jusqu’à plusieurs dizaines), auxquels ils fournissent non seulement le gîte et le couvert, mais aussi le divertissement (y compris éventuellement en recrutant pour l’occasion de petits groupes musicaux), et même parfois des chevaux de parade (car les visites de maison en maison ne se conçoivent pour ce groupe que juché en habit typique sur un cheval, fût-ce pour quelques dizaines de mètres). Mais c’est le cas aussi à l’autre extrémité pour les journaliers agricoles, qui relativement à leur salaire, dépensent jusqu’à un mois de salaire pendant le pèlerinage, et cela bien qu’ils ne travaillent souvent que quelques mois par an.

A partir de trois enquêtes (1974, 1989 et 2003) auprès des participants au pèlerinage, l’auteur a cherché à donner une vue plus précise de ces dépenses. Les dépenses ont été réparties en six catégories : (1) Contributions aux hermandades (cotisations régulières ou exceptionnelles, dons éventuels) ; (2) Transport (véhicules « typiques » et animaux de trait, montures, remorques et tracteurs, véhicules automobiles, transports collectifs) ; (3) Logement (prix des chambres d’hôtel ou de pension, loyers effectifs ou, dans le cas de logements en propriété, loyers imputés calculés au prorata des journées d’utilisation pour le pèlerinage) ; (4) Habillement, en ne retenant que les habits « typiques » ; (5) Alimentation et boisson, pour l’unité familiale considérée comme pour ses invités éventuels ; (6) Dépenses somptuaires diverses (personnel de service, musiciens, chevaux acquis ou loués uniquement pour la « promenade » dans le hameau, picotin, etc.).

L’auteur établit que les modalités de participation au pèlerinage sont socialement très biaisées. Le montant moyen des dépenses de ceux qui logent dans une maison particulière équivaut à un an de salaire contre une douzaine de jours pour les ouvriers journaliers. La dépense journalière s’élève à l’équivalent de deux mois de salaire. On constate que les dépenses réalisées pour le pèlerinage peuvent varier de moins d’un salaire minimum journalier à plus de 4 000.

La mise à jour des trois motifs principaux du pèlerinage éclaire les enjeux symboliques de celui-ci, notamment en termes de prestige. Le motif religieux ne justifie que des dépenses relativement modestes. Au motif religieux, s’adjoint le motif du loisir.

Beaucoup de participants viennent au Rocío passer quelques heures ou un week-end avec leurs proches pour se distraire ou assister à une « manifestation folklorique ». Mais cela peut concerner aussi beaucoup de ceux qui font le camino, pour lesquels, particulièrement en ce qui concerne les petits paysans et les ouvriers des confréries rurales, le pèlerinage représente souvent les seules « vacances » qu’ils prennent ou même peuvent prendre dans l’année. Le pèlerinage est également créateur de lien social, il constitue à ce titre une magnifique occasion de convivialité entre une partie au moins des habitants de la localité ou du quartier. Le troisième motif majeur de la participation relève de l’ostentation et éventuellement de l’acquisition d’un capital symbolique qui a d’autant plus de valeur qu’il est en quelque sorte estampillé par la religion et la tradition. C’est ce troisième motif qui explique la majeure partie de la variance des dépenses. S’il existe une lutte entre les différentes confréries, qui rivalisent en effet pour la somptuosité de leurs objets sacrés, c’est en leur sein que la rivalité est la plus grande. À l’intérieur des confréries, il y a une forte compétition pour l’accès aux charges les plus prestigieuses, particulièrement celle de hermano mayor, même si cela peut supposer de payer de ses deniers une partie plus ou moins importante des frais du pèlerinage.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.