Emile Zola : lettres retrouvées

Emile Zola était un correspondant prolixe… jusqu’en décembre 2010 il n’y avait pas moins de dix tomes publiés aux Presses de l’Université de Montréal/CNRS Editions regroupant des milliers de lettres envoyées par Zola à ses multiples correspondants depuis 1978.  Il faut saluer le travail irremplaçable que représente cette ‘édition patiente et minutieuse de longue haleine  menée sous la direction de B. H. Bakker par un groupe de chercheurs français et canadiens.1

Un onzième tome vient de paraître (décembre 2010) et donne accès aux « lettres retrouvées » que les catalogues des ventes publiques et des marchands d’autographes ont révélées. Ce nouveau tome contient 278 lettres inédites et 33 partiellement inédites, et plus de 150 lettres déjà publiées dans Les Cahiers naturalistes. Ce sont donc au total 502 lettres qui paraissent dans cette nouvelle livraison.

Il faut imaginer la joie que le lecteur assidu et le chercheur peuvent éprouver à la découverte de cette publication.  Surtout lorsque la correspondance représente un matériau de première importance pour son travail de thèse (!).  Dans le cas de Zola, qui n’a pas tenu de journaux intimes et dont les écrits personnels sont peu nombreux, c’est bien dans la correspondance que l’on doit chercher un matériau d’enquête.  A l’instar de ce qu’a montré José-Luis Diaz pour Balzac2, nous pensons que Zola s’objective comme écrivain dans la correspondance.  Il formalise, présente et teste ses projets littéraires et s’y fait (performativité) écrivain. D’où mon empressement à découvrir ces 502 lettres : allaient-elles enfin répondre aux questions que je ne peux poser à Zola ? Confirmer des hypothèses ? Infirmer des pistes ?

Il me semble après une première lecture que ces lettres retrouvées ne réservent pas de surprise de taille : on y retrouve le Zola « attaché de presse » de ses ouvrages, prompt à défendre ses œuvres et à les envoyer pour compte rendu aux uns et aux autres, le Zola « homme d’affaires »3 défendant les droits de traduction de ses œuvres, n’hésitant pas à faire les comptes de ce que l’on lui doit, le père (quelques lettres à son fils et à sa fille), le dreyfusard…

 

 

  1. Les lettres reçues par Zola n’ont elles pas (encore ?) fait l’objet d’une publication. []
  2. Devenir Balzac : l’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007 []
  3. Si bien décrit par Colette Becker dans son article « Zola, écrivain-homme d’affaires », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007 []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon

Une réflexion sur « Emile Zola : lettres retrouvées »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.