L’adoption en France

Quelques faits stylisés sur l’adoption en France, à partir de l’article de Catherine Villeneuve-Gokalp, “L’adoption en France…en chiffres et selon le pays d’origine”, Informations sociales, n° 146 2008/2

Le nombre d’adoption par an était de 4 400 en 1990 et de 5 000 en 2003, il est stable depuis. Cette progression est due uniquement à l’adoption internationale. L’adoption internationale s’est développée parallèlement à la diminution de l’adoption interne. L’adoption internationale représente aujourd’hui 85 % de l’adoption en France. Après les États-Unis, qui accueillent chaque année plus de 22 000 enfants, la France est, avec l’Espagne, le deuxième pays au monde par l’importance de ce type d’adoption.
Commencé dans les années 1970 dans un but humanitaire au Vietnam, l’accueil d’enfants étrangers s’est rapidement développé à partir des années 1980, en raison de la diminution des pupilles de l’État. Originaires d’une dizaine de pays en 1980, les enfants viennent aujourd’hui de 72 pays, cependant la moitié des adoptions à l’étranger sont réalisées dans 5 pays et 87 % dans 14 pays. En 2006, les pays les plus importants sont le Vietnam (19 % des adoptions), Haïti (14 %), l’Éthiopie (10 %), la Russie (10 %), la Colombie (8 %), la Chine (8 %), puis Madagascar et le Mali.

Les caractéristiques des enfants varient selon leur pays de naissance. Globalement, autant de filles que de garçons sont adoptés, mais dans les pays d’Europe de l’Est, la Bulgarie, l’Ukraine et surtout la Russie, la proportion de garçons est supérieure à celle des filles. Deux enfants sur trois adoptés en Russie sont des garçons. Ceux-ci sont également plus nombreux en Amérique latine, en particulier au Brésil et en Colombie. En revanche, en Chine, 98 % des enfants sont des filles et 66 % au Vietnam.
Comme le sexe, l’âge des enfants qui peuvent être adoptés varie avec le pays d’origine : neuf enfants sur dix adoptés en Corée du Sud, en Chine ou au Mali ont moins de 1 an. En Corée, les mères célibataires sont souvent acculées à abandonner leur enfant à la naissance, et en Chine, la politique de l’enfant unique jointe à la préférence des parents pour un fils favorise l’abandon des filles. En revanche, seulement 2 % des enfants nés au Brésil ont moins de 1 an et plus d’un enfant sur trois a au moins 7 ans.

Neuf demandes d’adoption sur dix sont déposées par un couple. Lorsque c’est une personne seule, il s’agit presque toujours d’une femme, les demandes d’adoption par un homme seul étant exceptionnelles. Les femmes seules sont deux fois moins représentées parmi les candidates que dans la population féminine du même âge, soit en raison d’un désir d’enfant moins fort que les couples, soit par refus d’avoir un enfant sans père, soit par anticipation des difficultés des démarches pour les célibataires.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.