Faire du camping, une transmission familiale, une disposition construite

Gilles Raveneau & Olivier Sirost, “Le camping ou la meilleure des républiques. Enquête ethnographique dans l’île de Noirmoutier”, Ethnologie française, 2001

Un petit air de vacances avec cet article de la semaine. À travers l’exemple des terrains de l’île de Noirmoutier en Vendée, les auteurs mettent en évidence les mécanismes de transmission et d’apprentissage qui portent les familles et les individus à retenir le camping comme mode de séjour

“Un séjour en camping se fonde sur une rupture de l’espace et du temps qui aboutit à une mise à l’écart des éléments réglant habituellement la vie quotidienne. De ce point de vue, un terrain de camping constitue une enclave, un îlot social propre à une forme d’expérience spécifique qui favorise une inversion des polarités du quotidien. Le fait que la plupart des terrains de camping de Noirmoutier se situent en bord de mer alimente le registre imaginaire de la robinsonnade. Le fait même d’être situé dans une île induit l’isolement et le retrait. La mer, le sable et les dunes aux extrémités des terrains, le découpage en criques, le travail des arbres, tous ces éléments participent à l’élaboration d’un bout du monde.”
Cette rupture de l’espace et du temps, et les nouvelles dispositions qu’elle implique favorisent un état d’apesanteur sociale. Se sentir dans un lieu dépaysant, expérimenter de nouvelles relations sociales…tels sont les enjeux de l’expérience.
Le site doit donc être le lieu d’un dépaysement, ses « beaux paysages » permettre le sentiment de rompre avec l’univers que l’on a laissé derrière soi. Toutefois, ce dépaysement est paradoxal puisque nombre de campeurs séjournent sur des terrains assez proches géographiquement de leur domicile et souvent d’année en année reviennent dans le même camping. Au souci de dépaysement s’ajoute le souci d’être en terrain connu”, si bien que lorsque “sa” place dans le camping est indisponible, les campeurs se demandent même s’il est raisonnable de partir en vacances. “Il s’agit donc moins de s’engager vers des destinations lointaines où le dépaysement se conjuguerait avec l’imprévu que de pouvoir anticiper le déroulement du séjour et de se préserver des aléas. La familiarité avec le lieu et les personnes est le gage d’une relation au temps contrôlée des vacances. Les relations contractées les années précédentes génèrent ainsi des habitudes et des rites qui visent à conjurer les risques de l’imprévisible.”
Dévoilant les mécanismes d’apprentissage propres à l’expérience du camping, les auteurs nous révèlent aussi un besoin de simplicité sociale. Sous les pins, cela sent bon la convivialité et l’abandon des hiérarchies.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Frédérique Giraud (13 juin 2008). Faire du camping, une transmission familiale, une disposition construite. Socio-Voce. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ug20


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search