Sociologie de l’auditoire de France Culture

Hervé Glevarec & Michel Pinet, « France Culture Une seconde radio pour les professions intellectuelles et culturelles », Le Mouvement Social, 2007

En 2000-2001, la hiérarchie des taux d’audience des radios nationales sur trois semaines varie de un à trois; elle met aux deux extrémités de l’audience radiophonique, France Culture – qui représente 10 % d’audience cumulée ou 1/10e de la population, de 11 ans et plus, et NRJ, qui représente 33,1 % d’AC. Les 5 066 820 auditeurs de France Culture sur trois semaines écoutent en moyenne 12 minutes par jour cette antenne. La durée d’écoute est un critère plus structurant et polarisant dans le monde des radios que le taux d’audience. Plus une radio est petite, plus elle est faiblement écoutée par ses auditeurs; c’est la situation de France Musique, France Culture, MFM et RMC. Les radios qui échappent à cette relation entre nombre d’auditeurs et durée (approchée grâce au quart d’heure moyen) sont, dans le sens de la baisse, des radios musicales, NRJ et Nostalgie, et, dans le sens de la hausse, une radio généraliste, France Inter. Tout laisse penser que France Culture s’oppose ici aux grosses radios ou aux radios généralistes en ceci que son écoute est pour une majorité d’auditeurs une écoute au long cours plutôt qu’une écoute quotidienne et fidèle.

17,7 % est le taux de pénétration de France Culture parmi les cadres et professions libérales, soit le pourcentage d’individus de 11 ans et plus appartenant à cette catégorie qui écoutent France Culture. Par sa masse, cela veut dire que 82,3 % de cette catégorie n’écoute pas France Culture sur trois semaines. En termes de pénétration catégorielle, France Culture trouve ses affinités électives parmi les personnes âgées, les catégories de retraités et de cadres, les professions libérales, parmi les diplômés du supérieur et les habitants des grandes villes. A mesure que l’on avance en âge, la propension à écouter France Culture augmente. Le fait d’être une personne âgée, un cadre ou un retraité, de vivre seul, d’être diplômé du supérieur et de ne pas avoir la télévision sont des facteurs qui favorisent l’écoute de France Culture. Tout cela dessine le portrait d’un auditeur âgé, cadre, diplômé, vivant seul et réfractaire à la télévision.

Sur l’ensemble des radios nationales, France Culture est une de celles qui ont la structure d’auditoire la plus âgée. Les plus de 50 ans y sont de fait surreprésentés, de même que les catégories supérieures et moyennes (artisans, commerçants, professions intermédiaires et employés). Enfin, ce sont les auditeurs diplômés qui sont largement surreprésentés dans son auditoire.

La moitié des auditeurs de France Culture écoutent moins de 1 h 15 la station sur 21 jours pour une durée moyenne d’écoute par auditeur de 4 h et 11 mn. France Culture présente ainsi un profil de fans du point de vue des durées d’écoute. Mais ces fans sont tout à fait minoritaires.

Etre fan de France Culture

France Culture a un auditoire ponctuel très majoritaire alors que son auditoire fidèle, de fans, a un poids numérique faible (0,9 % l’écoutent tous les jours contre 13,6 % pour RTL). Par contre, il fait poids, à travers son volume d’écoute. Les forts auditeurs de France Culture sont bien moins nombreux que ceux de RTL, mais ils ont bien plus de poids relatif pour la chaîne que ceux de RTL. La structure des fans de France Culture accentue la part des hommes, des personnes âgées, des professions supérieures et des diplômés du supérieur par rapport aux faibles auditeurs.

L’auditoire de France Culture a plus d’affinités avec deux types de radio, les radios généralistes et celles du service public. France Culture est une radio structurellement en position seconde dans le sens où elle n’intervient pas (en moyenne) à la première position des investissements de ses auditeurs. De façon notable, des radios privées comme RTL et Europe 1 sont parmi les radios les plus écoutées des auditeurs de France Culture. Mesuré à l’aune de la centralité de ses choix, l’auditoire de France Culture est très peu « constitué » ou « prédominant ».

Différencier des usages

Pour comprendre l’auditoire de France Culture, il faut distinguer deux usages. Un usage très dominant qui situe France Culture comme une radio seconde par rapport à une écoute, elle majoritaire, des radios généralistes. Un usage minoritaire qui investit très fortement France Culture. Ce dernier usage, qui renvoie à ce que l’on peut appeler un usage d’assidus ou de fans, ne présente pas de profil original; au contraire il accentue le profil élitiste de la station


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.