Durkheim, un fils de rabbin

Jean-Claude Filloux. « Il ne faut pas oublier que je suis fils de rabbin », Revue française de sociologie, 1976, n° 2, pp. 259-266.

” Notre propos est d’interroger les incidences de la formation religieuse de Durkheim (formation en rapport avec le père rabbin) sur la représentation de la société élaborée, une fois la décision prise de construire la sociologie; et, pour cela, de formuler des hypothèses qui devraient permettre en particulier de relier une certaine vision affective du groupe, comme espace de communion et lieu de soumission à une Loi, avec la vocation.
Si, en décidant d’être sociologue, Durkheim accomplissait le dernier pas d’un processus de rupture avec le rabbinat, c’est-à-dire avec une religion et une prêtrise, la question reste de savoir ce que signifiait cette rupture. S’agissait-il d’un refus d’occuper la place du père, d’être le père porteur du discours rabbinique ? S’agissait-il plutôt d’occuper autrement cette place, d’être encore le père, mais porteur d’un discours à la fois même et autre ? Comment Durkheim négocie-t-il la rupture avec la formation religieuse ?

Les témoignages sur la personnalité de Durkheim s’accordent à reconnaître en lui quelque chose d’une identification à une figure de prophète. Cette identification impliquait d’être un Moïse annonçant une vérité, une Loi : la vérité du groupe, la loi du groupe; suscitant une croyance en cette vérité et en cette loi. Mais encore fallait-il, pour cela, fonder cette croyance. Nouveau Moïse, Durkheim substituera à la révélation religieuse la révélation « scientifique » : fonder ce dont il est le prophète, ce sera pour Durkheim découvrir la loi émanant du groupe, pour le groupe, en constituant scientifiquement l’objet auquel il faut croire, – ce sera en être le sociologue. L’identification à Moïse s’effectue ainsi dans un déplacement de l’objet prophétisé, et du rapport du révélant au révélé.

Vient donc, pensons-nous, à l’appui de notre hypothèse, le cheminement même, qui fait de la rupture un processus où Emile Durkheim se voit d’abord pédagogue (« prêtre laïque ») puis sociologue (révélant la Loi du groupe) , – rupture précisément consommée à l’Ecole Normale et concomitante, dans ce qu’elle a de définitif, de la décision d’être sociologue. Durkheim, à ce moment, comme nous l’avons dit, se veut le père fondateur de la sociologie, l’ouvrier d’une révélation; c’est le moment, ajouterons-nous, où l’identification se fait héroïque, créatrice. Nous ne voulons pas dire, par là, que le «prêtre laïque» ait cédé la place au nouveau Moïse. Durkheim, dans notre hypothèse, restera attaché à ce que la figure paternelle renvoie du prêtre et du prophète à la fois. Il sera le père qui révèle et fonde une nouvelle religion, – mais aussi celui qui enseigne le groupe et qui commente sa Loi; et enfin, à un moment, lorsqu’il a créé L’Année sociologique, chef d’école, environné de disciples. La volonté de fonder la sociologie, de faire exister une sociologie révélant une représentation déterminée du Groupe et de ses rapports à l’Homme s’enracine ainsi dans des investissements profonds où l’on trouve le désir d’être le père rabbin et de ne pas être ce père, ou plutôt le désir d’être autrement le père. “


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search