Importance de la consommation ostentatoire

Thostein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Coll Tel, Gallimard, 1899 (1970), “Chapitre 3. Le loisir ostentatoire”

p 27
“Pour s’attirer et conserver l’estime des hommes, il ne suffit pas de posséder simplement richesse ou pouvoir : il faut encore les mettre en évidence, car c’est à l’évidence seule que va l’estime. En mettant sa richesse bien en vue, non seulement on fait sentir son importance aux autres, non seulement on aiguise et tient en éveil le sentiment qu’ils ont de cette importance, mais encore, chose à peine moins utile, on affermit et préserve toutes raisons d’être satisfait de soi. A tous les stades de la civilisation, sauf aux plus inférieurs, un « cadre convenable » et l’exemption de tout « emploi servile » réchauffent et soutiennent l’amour propre de l’homme normalement constitué. S’il est contraint de se départir de son niveau de décence habituel, que ce soit dans les ornements, de la vie ou dans le genre et la durée de son activité quotidienne, il le ressentira comme un affront à sa dignité d’homme, que ses pairs le désapprouvent ou non, qu’il en ait ou non conscience.”

” Au cours du stade prédateur, et surtout ensuite, dans la période qui a vu les débuts et le développement quasi pacifique de l’industrie, une vie de loisir est le témoignage tout indiqué et parfaitement probant de la puissance pécuniaire, et donc de la puissance tout court : pourvu toutefois que l’homme comme il faut coule visiblement son loisir dans l’aisance et le confort… L’abstention affichée de tout travail devient donc la preuve classique de l’exploit pécuniaire ; à l’inverse, étant donné que l’assiduité au travail productif est une preuve de pauvreté et de sujétion, elle devient incompatible avec une position honorable dans la société. “

p 31
“On a déjà fait remarquer que le terme de « loisir », tel qu’on l’emploie ici, ne parle ni de paresse ni de repos. Il exprime la consommation improductive du temps, qui 1° tient à un sentiment de l’indignité du travail productif; 2° témoigne de la possibilité pécuniaire de s’offrir une vie d’oisiveté. Or l’homme comme il faut, le désœuvré, n’expose pas tous les instants de sa vie aux regards de ceux que doit frapper le spectacle de son loisir honorifique.”


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search