Le genre des jouets

Le jouet n’est pas un objet insignifiant et futile. Il est un objet d’étude qui permet au chercheur de saisir la force des représentations sexuées. Pendant la socialisation, que ce soit par les parents, les amis ou les enseignants, les enfants commencent à développer les rôles sexués et les stéréotypes de genre. Très tôt dans la vie, les enfants déterminent les comportements appropriés ou non à leur sexe. Les enfants au contact de beaucoup de jouets, accumulent par leur intermédiaire une base de connaissances à propos de la convenance ou non de ces jouets par rapport aux deux genres.

Comment explique-t-on la tendance d’enfants à préférer les jouets stéréotypés de genre et à détester les jouets qui sont considérés pour le sexe opposé ? À cause de la socialisation, les enfants sont à même de développer des préférences pour certains jouets, en se basant sur les caractéristiques des jouets, dérivées de leurs expériences avec des jouets stéréotypés ; ou la connaissance qu’ont les enfants des rôles sexués peut les mener aux préférences pour les jouets stéréotypés. Les jeunes garçons jouent habituellement avec les véhicules, les jouets de construction et les jouets de manipulation, tandis que les filles jouent avec les poupées et les peluches. Dès 16 mois, les garçons préfèrent regarder des voitures et les filles des poupées. Plusieurs études rapportent que les préférences pour des jouets de leur propre sexe sont plus fortes chez les garçons que chez les filles et que les garçons sont aussi plus probables que les filles de détester des jouets du sexe opposé.

L’analyse des catalogues de jouets lors de la traditionnelle fête de Noël menée par Sandrine Vincent, dans Le jouet et ses usages sociaux aux éditions La Dispute en 2001 est très révélatrice. Première remarque qui saute aux yeux devant les catalogues : deux couleurs organisent de manière bien distincte les jouets réservés aux garçons et les jouets réservés aux filles. Rose pour les filles et bleu pour les garçons. De plus, les textes des catalogues de jouet reproduisent cet imaginaire sexué : une petite fille est « calme, douce et mignonne », un petit garçon est « actif, brutal et performant ». Sandrine Vincent montre qu’aux filles sont proposés des jouets pour l’intérieur du foyer, des ustensiles et accessoires pour apprendre les fonctions traditionnelles de mère de famille et intérioriser l’exigence de séduction qui pèse sur les personnes de leur sexe d’assignation, ainsi que des panoplies de professions reconnues comme essentiellement féminines (infirmière, maîtresse d’école, marchande…). Pour les garçons, le choix est plus large, sauf pour le domaine domestique où le bricolage est l’unique jeu présenté. Leur sont proposées des activités fortement connotées masculines incitant à l’esprit d’aventure, au combat, à la protection. Sylvie Cromer dans « Vie privée des filles et garçons : des socialisations toujours différentielles ? » in M.Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés. Paris, La Découverte, 2005 rappelle que les jouets dits masculins « favorisent la mobilité, la manipulation, l’invention et le goût de l’aventure, ceux des filles […] développent l’intérêt porté à soi et aux autres, dans la mise en avant de la séduction et de la maternité. »

Si l’univers des jouets est très stéréotypé, la transgression est toutefois possible, mais elle est alors différenciée selon le sexe de l’enfant : tolérance voire encouragements pour les filles qui choisissent des jeux de garçons socialement valorisés, réprimande et refus pour les garçons qui choisissent des «jouets de filles» socialement non valorisés. Bien que l’évolution des représentations sociales amène les parents à déclarer vouloir élever leurs filles et leurs garçons de « la même façon » comme l’ont montré Granié, Ricaud & Le Camus, « Influence du sexe sur les représentations des pratiques éducatives des parents d’enfants de trois ans », in Lescarret, O. & Leonardis, M. (Eds) Séparation des sexes et compétences, L’Harmattan, 1996, p. 45- 61). L’univers des jouets correspond encore aujourd’hui à une vision très traditionnelle de la séparation des tâches selon le sexe.

On notera que dans l’ouvrage Contre les jouets sexistes paru en 2007 aux éditions L’échappée, des associations antisexistes (Mix-cité, le Collectif contre le publisexisme) prennent la parole. A ce propos, vous pouvez consulter le catalogue contre les jouets sexistes qu’ils ont édité.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.