La distinction selon Edmond Goblot

Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie, Chapitre 4, 1925

« Avant l’avènement de la bourgeoisie moderne, on connaissait le mérite, la valeur, les talents, la grâce ; on ignorait la distinction […] Ce n’est pas pour être belle, c’est pour n’être pas confondue que la bourgeoisie moderne s’applique à être distinguée dans sa tenue, ses manières, son langage, les objets dont elle s’entoure. L’opposé de distingué est « commun » : est commun ce qui ne distingue pas, vulgaire ce qui distingue en mal et trahit une infériorité.

La distinction n’est ni la beauté; ni l’élégance, ni le luxe. Il faut qu’elle s’y ajoute; elle peut les remplacer. Elle doit être apparente ; peu importe qu’elle soit superficielle. Elle consiste souvent en des nuances, des minuties, des riens. Il faut qu’elle soit délicate, subtile même, pour être difficile à imiter. L’éducation bourgeoise s’applique à développer, à affiner ce tact qui permet de la discerner sans hésitation et sans effort. […] La distinction concerne tout ce qui est perceptible du dehors dans la personne et dans son entourage.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.