L’auto-production de normes : les files d’attente en Russie soviétique

Jacques Coenen-Huther, ” Production informelle de normes : les files d’attente en Russie soviétique “, Revue française de sociologie, 1992, n° 2, pp. 213-232.
Jacques Coenen-Huther propose dans cet article une étude des normes de comportement régissant les files d’attente à Moscou. Au départ de cette recherche, il y a un événement fortuit dans une file d’attente. La situation d’interaction initiale – celle qui déclenchera le processus d’investigation sur les normes – se déroule dans un magasin d’alimentation à rayons multiples comme il s’en trouve dans les divers quartiers de Moscou.

La procédure de vente au détail qui reste la plus courante dans les magasins d’Etat est complexe à saisir pour un Occidental. On fait tout d’abord la queue au rayon pour pouvoir passer commande. Ensuite, on fait la queue à la caisse pour payer les articles commandés. Après cela, on retourne au rayon pour en prendre livraison en échange du ticket de caisse. On atteint ainsi très vite un temps d’attente global d’une demi-heure pour un seul article de consommation courante.

Novice en la matière, l’auteur se joint à une queue dont la progression moyenne permet d’espérer un temps d’attente ne dépassant pas trente à quarante minutes. Mais, arrivé à mi- parcours, il croit comprendre qu’une erreur de manœuvre lui imposera un nouveau détour par la caisse. Il se rend compte en effet qu’il ne dispose pas du ticket adéquat, quitte la file, se joint à celle qui s’est formée devant la caisse en question, accomplit la formalité requise et s’apprête à reprendre son attente à la case départ. La personne qui le suivait immédiatement dans la première file d’attente lui fait alors signe de venir réoccuper sa place initiale, devant elle. Personne n’émet d’objection. Le gain de temps est ainsi considérable; l’auteur remercie vivement sa bienfaitrice. Mais celle-ci paraît indifférente…

Rentré dans la famille moscovite qui l’héberge, il narre l’épisode à ses hôtes qui l’avaient mis en garde contre la rudesse des mœurs moscovites et leur fait part de la gentillesse dont il estime avoir bénéficié de manière inattendue. Mais le récit les laisse visiblement perplexes. «En quoi était-ce gentil?», se demandent-ils, et d’ajouter : «II arrive en effet qu’on tombe sur des gens gentils dans les files d’attente. Mais ceci n’était pas gentil, c’était seulement normal. C’était ton droit de reprendre ta place dans la file. C’est le contraire qui n’aurait pas été correct : qu’on te conteste ce droit!». Leur opinion semblait ferme sur ce point. Elle fut confirmée par les autres personnes à qui l’auteur fit le même récit. La divergence d’appréciation à propos de la gentillesse de la personne qui lui fait signe de réintégrer la file d’attente à la place qu’il avait occupé précédemment, cet événement mineur était une incohérence du point de vue de ses attentes. On avait préparé l’auteur à la muflerie, et il avait trouvé la courtoisie.

Normes de comportement dans une file d’attente soviétique

Chacun se doit de bien visualiser la personne qui le précède et la personne qui le suit. Une fois le rang établi par confirmation de la personne qui précède, de la personne qui suit, ou des deux à la fois, on est libre de s’absenter un moment pour vaquer à d’autres occupations. Pour obtenir reconnaissance de son droit, on s’adressera de préférence à la personne qui suit : celle dont le rang serait menacé par l’insertion dans la file d’un élément non autorisé. Si toutefois on est en dernière position au moment où l’on désire s’absenter, on sollicitera la reconnaissance de la personne qui précède. Ainsi, chaque membre de la file peut acquérir une certaine responsabilité pour une ou deux autres personnes. Il peut être appelé à confirmer leur droit à réintégrer la file avec leur rang initial après une interruption d’attente plus ou moins prolongée.

« On s’en rend compte, dans le contexte soviétique, la file d’attente n’est pas un simple système d’interdépendance, à savoir une situation d’interaction sans relations de rôles, comme peut l’être la file d’attente devant un cinéma parisien évoquée par Raymond Boudon. Dans ce cas de figure, seuls sont définis les rôles de la caissière et du spectateur. Les spectateurs potentiels qui font la queue ne sont pas engagés les uns vis-à-vis des autres dans des relations de rôles; ils ne forment qu’un système d’interaction de fait. Dans le cas soviétique, chaque membre de la file fait l’objet d’attentes de rôles spécifiques. Il y a le rôle de «la personne qui précède», autorisée à s’absenter, et celui de «la personne qui suit», appelée à confirmer le droit de réintégrer la file. Il y a les attentes de rôles plus générales. Chaque membre de la file peut être appelé à témoigner. Aussi chacun s’efforce de se rappeler qu’il est, par exemple, «derrière la femme au manteau bleu» ou «devant l’homme à l’imperméable gris». Il ne s’agit pas seulement d’assurer sa propre position mais de remplir ses devoirs à l’égard du collectif émergent que constituent les membres de la file. S’avérer incapable de fournir ce genre d’informations reviendrait à ne pas être comme les autres. »

Cette analyse de la file d’attente dans un magasin d’alimentation, où l’attente dure une quarantaine de minutes, prend un sens plus fort, lorsqu’il s’agit d’étudier, toujours dans la situation soviétique, des files d’attente beaucoup beaucoup plus longues. « Dès qu’on s’écarte du cas banal de la file de durée brève ou moyenne, l’auto-organisation va bien au-delà des règles gouvernant les conduites en situation d’interaction immédiate. Il y a choix, parfois élection, d’un leader, constitution d’une liste écrite, ébauche de stratégies collectives. Ainsi en est-il, par exemple, de l’achat des billets de chemin de fer internationaux, impliquant souvent plusieurs jours d’attente. » Par exemple, pour se rendre à Varsovie par train, la vente des billets commence trente jours avant la date du départ. Le nombre de billets est limité et les amateurs nombreux, d’autant plus que les provinciaux doivent venir les acheter à Moscou pour avoir une chance raisonnable d’en obtenir. La file d’attente peur durer plusieurs jours, c’est alors que l’organisation de la file d’attente trouve un intérêt notable. Comment faire en effet pour ne pas perdre sa place dans la file d’attente et pour continuer à vaquer à ses autres occupations ? Devant chaque guichet, la foule peu à peu devenue groupe s’organise. Des dirigeants informels émergent, des listes écrites garantes de la place de chacun dans la file sont constituées. Chacun fait régulièrement acte de présence mais s’absente pour mener parallèlement d’autres activités. Les diverses files d’attente se réduisent parfois à des piquets puis s’allongent à nouveau.

« La nécessité de s’installer dans la durée et l’absence d’intervention régulatrice du côté de l’offre suscitent une communauté d’intérêts au moins partielle qui transforme la file d’attente en système fonctionnel ». Ce caractère quasi organique apparaît plus nettement encore dans les files de très longue durée – deux à trois mois – qui se forment devant certaines ambassades. L’enjeu souvent de grande importance puisqu’il peut s’agir, d’obtenir des documents d’émigration, nécessite la production de normes. Ici encore, de la foule au départ inorganisée et en situation d’interaction concurrentielle émergent des dirigeants et des règles de conduite. La continuité de la file doit être assurée jour et nuit. Des piquets munis de couvertures, de thermos et de victuailles le permettent. La longueur de la queue cesse alors d’être spectaculaire, mais l’occupation organisée des lieux témoigne de la détermination des acteurs. Dans le contexte soviétique, la file d’attente n’est pas un simple système d’interdépendance. Elle constitue au contraire un système fonctionnel, fondé sur des relations de rôles impliquant des normes de comportement assez précises. Il y a donc production informelle de normes.

D’un point de vue occidental, la file d’attente est synonyme d’inefficacité, en Russie, le temps d’attente ne constitue pas un problème. La file d’attente fait partie intégrante du système de distribution de type soviétique dont elle symbolise l’inefficacité, la rigidité bureaucratique et l’incapacité à s’adapter aux besoins des consommateurs. Les situations qui fondent l’analyse furent vécues sur le mode de l’observation participante et firent l’objet d’entretiens répétés avec des interlocuteurs locaux, au cours d’un séjour de quatre semaines à Moscou de mi-mai à mi-juin 1991.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search