Le vote blanc est politique

Adélaïde Zulfikarpasic, Le vote blanc : abstention civique ou expression politique ?, Revue française de science politique, 2001

Considéré comme un suffrage non-exprimé, le vote blanc a longtemps été assimilé à une erreur de l’électeur ou encore à une marque d’indifférence à l’égard de la politique, tout comme l’abstention. Parce que le législateur n’en donne aucune définition précise, le vote blanc est longtemps demeuré un objet flou, mais surtout il n’a jamais été considéré comme une expression politique réelle au même titre qu’un vote pour un parti, un candidat ou pour une liste. Le vote blanc appartient en effet à la catégorie des suffrages dits « non exprimés », tout comme le vote nul.

Avant 1995, peu de place était accordée dans les journaux français au vote blanc. Et rarement mention était faite des votes blancs dans les articles et commentaires qui suivaient un scrutin, pas même à l’occasion du second tour des élections législatives de 1993 qui a pourtant vu ces votes atteindre le score de 6,4 % des inscrits soit 9,5 % des votants. C’est entre le premier et le second tour de l’élection présidentielle de 1995 que s’est produit un changement étonnant. Plusieurs mouvements ou associations prônant le vote blanc se sont créées. En décembre 1989, Gérard Gautier lance dans les Côte-d’Armor le mouvement «Blanc, c’est exprimé». Cette association a présenté une liste du même nom aux élections régionales de 1992 et a obtenu 5,1 % des voix et un siège. Gérard Gautier a donc été Conseiller régional de Bretagne de 1992 à 1998 sous l’étiquette « Blanc, c’est exprimé ». L’objectif visé était, bien plus qu’une réelle action politique, de rendre public le problème de la non-reconnaissance de ces votes. L’Association pour la reconnaissance du vote blanc, a été créée en 1994. Son objectif est de créer un véritable débat autour de la question de la reconnaissance du vote blanc. En janvier 2000, un « Parti blanc » a été créé à Caen.

Dans cet article Adélaïde Zulfikarpasic montre que le vote blanc constitue une expression, celle d’une insatisfaction face à une offre politique trop restreinte. A partir de la distinction entre deux usages et deux significations du vote blanc, et de deux hypothèses, elle conclut à sa signification politique. Au départ, on peut considérer le vote blanc de deux manières. De façon très pédagogique, l’auteure part des deux hypothèses suivantes, et dessine grâce à une argumentation serrée le vrai visage du vote blanc.

– Soit le vote blanc est une expression politique, et dans ce cas, son niveau doit être fonction décroissante du nombre de candidats : quand le choix offert à l’électeur est large, celui-ci a plus de chance de trouver un candidat qui lui convient ; en revanche, quand le choix est restreint, l’électeur peut ne trouver satisfaction parmi aucun des candidats en présence et vouloir exprimer son refus de l’offre par un vote blanc.

– Soit, au contraire, le vote blanc est la marque d’une indifférence à l’égard de la politique ou le signe d’une incompétence en la matière, et dans ce cas, son niveau devrait être fonction croissante du nombre de candidats, tout comme l’abstention.

Adélaïde Zulfikarpasic cherche à savoir laquelle de des deux hypothèses est la plus réaliste. A partir de là, plusieurs constats étayent sa démonstration. Depuis 1981, le niveau du vote blanc est systématiquement plus élevé au second tour des élections, soit quand le nombre de candidats est restreint. Le vote blanc a également tendance à s’accroître avec le rétrécissement de l’éventail des tendances politiques en présence, apparaissant ainsi à nouveau comme une alternative face à un choix limité. Il est important de remarquer que les « votants blancs » portent un intérêt particulier à la politique, ont des exigences en la matière et manifestent, par leur vote, une déception à l’égard de la politique, qu’elle soit momentanée ou structurelle. En votant blanc, ils souhaitent faire passer un message et espèrent des changements. Ces électeurs ont d’ailleurs des caractéristiques sociologiques distinctes de celles des abstentionnistes : ils ne sont pas aussi jeunes, sont plus intégrés socialement, plus diplômés, plus politisés. Les plus forts taux de vote blanc se rencontrent chez les 25-34 ans (10,8 % d’ entre eux ont voté blanc une fois, contre une moyenne de 7,8 %), et les plus faibles chez les 50-64 ans. Le vote blanc ne se substitue à l’abstention que dans un cas : en milieu rural, le poids des interconnaissances et du contrôle social poussent les électeurs à voter blanc plutôt qu’à s’abstenir.

Elle conclut que le vote blanc recouvre donc deux types de comportements : le vote blanc traditionnel et rural, synonyme d’abstention cachée, et le vote blanc récent, plus urbain, qui est une véritable expression politique.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « Le vote blanc est politique »

  1. Et si l’on n’attendait pas les politiques pour en décider ?

    Le référendum d’initiative populaire pourrait être un moyen de montrer aux élus que certaines questions peuvent être importante pour nombre de citoyens, la prise en compte du vote blanc pourrait être l’une d’entre elle.

    J’essaye de mettre en place un site communautaire totalement gratuit qui aurait pour seul objectif de permettre de proposer, discuter et soutenir ce genre d’idée.

    Si le principe vous intéresse, vous pouvez vous rendre à l’adresse :
    http://www.e-nitiativepopulaire.fr/www/discuter/Fonctionnement-des-institutions/Pour-la-prise-en-compte-du-vote-blanc/

    ou sur le site
    http://www.e-nitiativepopulaire.fr

  2. Apocryphit

    Apocryphit (il y a 2 jours)
    Supprimer | Spam Marqué comme spam
    Un vote blanc ou une abstention ne servent à rien d’autre que de donner le pouvoir à ceux que nous ne voulons pas voir nous gouverner à moins que….
    Une loi obligeant à comptabiliser les votes blancs, au moins, comme un rejet de la politique proposée par les candidats.
    Cest une loi nécessaire afin que le peuple prenne vraiment la parole
    Il faudrait exiger que cette loi fasse partie de la constitution.

    Voulez vous que cette loi soit votée ?

    Si oui Signez la pétition en cliquant sur le lien suivant http://6291.lapetition.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.