Le sociologue et le retour du refoulé

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Coll Liber, Seuil, 1997, p 13

“Le sociologue a la particularité, qui n’a rien d’un privilège, d’être celui qui a pour tâche de dire les choses du monde social, et de les dire, autant que possible, comme elles sont : rien que de normal, de trivial même, en cela. Ce qui rend sa situation paradoxale, parfois impossible, c’est le fait qu’il est entouré de gens qui ou bien ignorent (activement) le monde social et n’en parlent pas – et je serai le dernier à reprocher aux artistes, aux écrivains, aux savants, d’être tout à leur affaire – ou bien s’en inquiètent et en parlent, parfois beaucoup, mais sans en savoir grand-chose. […]

Ainsi, lorsqu’il fait simplement ce qu’il a à faire, le sociologue rompt le cercle enchanté de la dénégation collective: en travaillant au retour du refoulé, en essayant de savoir et de faire savoir ce que l’univers du savoir ne veut pas savoir, notamment sur lui-même, il prend le risque d’apparaître comme celui qui vend la mèche. Mais à qui donc, sinon à ceux-là mêmes dont, ce faisant, il se désolidarise et dont il ne peut attendre la reconnaissance pour ses découvertes, ses révélations ou ses aveux (nécessairement un peu pervers, il faut l’avouer, puisqu’ils valent aussi, par procuration, pour tous ses pareils) ? “


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.