Le discrédit de la sociologie vu par Pierre Bourdieu

Bourdieu, Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’agir éditions, 2004

p16

On devenait « philosophe » parce qu’on avait été consacré et l’on se consacrait en s’assurant le statut prestigieux de « philosophe ». Le choix de la philosophie était ainsi une manifestation de l’assurance statutaire qui renforçait l’assurance (ou l’arrogance) statutaire. Cela plus que jamais en un temps où tout le champ intellectuel était dominé par la figure de Jean-Paul Sartre.

p27-28

Même pour les plus « libérés » de l’esprit de caste, comme le Foucault de la théorie post-soixante-huitarde du pouvoir, la frontière avec les sciences sociales, et tout spécialement la sociologie, reste socialement infranchissable. Perçue par les profanes comme proche par son objet d’une sorte de journalisme, la sociologie est en outre dévaluée par rapport à la philosophie par son allure de vulgarité scientiste, voire positiviste, qui ne se voit jamais aussi bien que lorsqu’elle touche aux croyances les plus indiscutées du monde intellectuel, comme celles qui concernent l’art et la littérature et qu’elle menace de « réduire» (un de ses effets ou méfaits les plus régulièrement imputés au« sociologisme») les valeurs sacrées de la personne et de la culture, donc la valeur de la personne cultivée.

p29

Il n’est pas de meilleure mesure du discrédit structural dont la sociologie, comme tout ce qui en participe, est frappée, dans le monde intellectuel, que la comparaison du sort qui lui est fait (le moindre des écrivains ou des philosophes d’aspiration se grandira objectivement et subjectivement en exprimant tout le mépris bien porté qu’il lui porte) avec le traitement qui est accordé à la psychanalyse, dont elle partage pourtant quelques traits importants, comme l’ambition de rendre compte scientifiquement des conduites humaines.

p78

La transformation de ma vision du monde qui a accompagné mon passage de la philosophie à la sociologie, et dont mon expérience algérienne représente sans doute le moment critique, n’est pas, je l’ai déjà dit, facile à décrire, sans doute parce qu’elle est faite de l’accumulation insensible des changements qui m’ont été peu à peu imposés par les expériences de la vie ou que j’ai opérés au prix de tout un travail sur moi-même, inséparable du travail que je menais sur le monde social. Cette réorientation intellectuelle était lourde d’implications sociales: elle s’accomplissait en effet à travers le passage de la philosophie à l’ethnologie et à la sociologie et, à l’intérieur de celle-ci, à la sociologie rurale, située au plus bas dans la hiérarchie sociale des spécialités, et le renoncement électif qu’impliquait ce déplacement négatif dans les hiérarchies n’aurait sans doute pas été aussi facile s’il ne s’était pas accompagné du rêve confus d’une réintégration dans le monde natal.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.