La féminisation du travail

« Les processus de féminisation au travail : entre différenciation, assimilation et « dépassement du genre », Entretien avec Nicky Le Feuvre par Cécile Guillaume, in Sociologies pratiques, 2007/1

Malochet définit la féminisation comme “la croissance du nombre de femmes dans une activité identifiée comme masculine, au vu de l’hégémonie des personnels masculins en son sein et/ou des « qualités » socialement jugées nécessaires pour l’exercer.”((Malochet, ” La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre”, Sociologies pratiques, 2007)) Ainsi pensée, la féminisation doit être considérée avant tout comme un processus.
Les mécanismes de l’entrée des femmes dans les anciens « bastions masculins » sont complexes et demandent à être chaque fois saisis au regard des enjeux propres à tel ou tel groupe professionnel, dans tel ou tel contexte socio-historique. En matière de réflexion sur les processus de féminisation au travail, il faut éviter trois principaux écueils. Ne pas les penser exclusivement sous le signe de la « dévalorisation », à l’instar de Pierre Bourdieu dans La domination masculine. Le deuxième écueil consiste à attribuer aux femmes entrant dans des métiers, où elles étaient historiquement peu présentes, des pouvoirs quasi magiques de transformation des pratiques professionnelles, voire de la société tout entière. Enfin, le troisième écueil consiste à passer sous silence les enjeux de ces processus au regard d’une reconfiguration potentielle des fondements, matériels et idéels, de la division sexuelle du travail et donc du rapport social de sexe dans les sociétés européennes contemporaines.

La féminisation n’intervient jamais dans un contexte stable et s’articule toujours à d’autres phénomènes de changement, notamment sur le plan de la démographie professionnelle, à travers des crises de recrutement ou des luttes autour de la délimitation des frontières entre groupes professionnels. Les « effets propres » de l’arrivée des femmes sont difficiles à démêler de ceux des autres transformations structurelles en cours. Il est donc nécessaire de partir des éléments qui ont fondé ces métiers comme « masculins », d’analyser les discours et les pratiques qui ont justifié leur composition exclusivement masculine et qui ont produit l’allant de soi de l’hégémonie masculine. Dans cet article, Nicky Le Feuvre propose une typologie des manières d’appréhender la féminisation des professions.

Tout d’abord, le processus de féminisation des groupes professionnels donne souvent lieu à des interprétations essentialistes. On continue d’attribuer aux femmes toute une série de « qualités naturelles » relativement immuables et on renvoie leur arrivée à une transformation des « besoins » des groupes professionnels en matière de ressources humaines. C’est ce que que Nicky le Feuvre appelle le discours de la « féminitude ». Tout en restant « ce qu’elles ont toujours été », les femmes peuvent espérer intégrer quelques niches professionnelles spécifiques, sans modifier pour autant l’ethos professionnel dominant, qui continue de valoriser les hommes et le masculin.

Le discours de la « virilitude », reconnaît aux femmes la possibilité d’adopter des pratiques sociales autrefois réservées aux hommes. Il postule que les femmes qui rentrent dans ces métiers ont nécessairement été socialisées « à l’envers », puisque leur présence, forcément minoritaire, ne modifie finalement en rien les règles du jeu du recrutement et de la gestion des carrières. Ce discours fonctionne assez bien pour rendre compte des expériences des « pionnières », mais il devient problématique au fur et à mesure de l’augmentation des taux de féminisation. Dans le cas où les femmes intègrent des groupes professionnels sur la base d’une affirmation de leur équivalence aux hommes (« c’est un vrai garçon manqué » ; « elle en a » ; « elle sait gueuler autant qu’un mec », etc.), les normes en matière d’exercice professionnel demeurent relativement inchangées. En règle générale, cela revient à souligner l’exceptionnalité des femmes en question, à les placer symboliquement aux marges de la catégorie « femme »

Un troisième discours repose sur le principe d’une immuabilité totale de la « domination masculine » comme système social. Il suggère que la féminisation des métiers reflète une recomposition de la hiérarchie professionnelle et que les femmes sont uniquement « autorisées » à intégrer les professions en voie de dévalorisation et/ou les strates les plus dévalorisées de celles-ci.

Enfin, un quatrième discours, le « dépassement du genre », met l’accent sur la reconfiguration potentielle des fondements matériels et idéels du système sexe/genre. Cette approche, qui est celle développée par Nicky Le Feuvre refuse de considérer la féminisation à l’aune des catégories précédentes, inaptes selon elles, à en rendre compte. Il propose une autre manière de concevoir ce que pourrait être l’« égalité des sexes » dans un temps futur, il permet de réfléchir aux indicateurs empiriques qu’il conviendrait de mobiliser pour mesurer l’efficacité des politiques publiques en matière de promotion de l’égalité professionnelle.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.