Pourquoi l’enfant ne croit-il plus au Père Noël ?

Gérald Bronner, « Contribution à une théorie de l’abandon des croyances : la fin du Père Noël », Cahiers internationaux de sociologie, 2004

“Existe-t-il une croyance que beaucoup d’entre nous ont adoptée fermement avant de la repousser non moins fermement par la suite ?” Réponse, bien sûr ! Le Père Noël ! Celui-ci représente un terrain favorable à l’étude de la dynamique des croyances. Il offre, en effet, l’avantage de présenter une croyance indiscutablement fausse, et un support pour s’interroger sur les mécanismes d’abandon de la croyance.


Pourquoi les enfants croient-ils au Père Noël ? Les raisons de l’adhésion

A l’âge où on leur propose cette croyance, les enfants ne sont pas en mesure de la trouver douteuse, et ce d’autant moins que leurs parents, synonymes de crédibilité indéfectible, jouent un rôle central dans sa diffusion. Les enfants ont des bonnes raisons de croire dans leurs sources d’information, puisque les autres membres de la famille, les professeurs des écoles et même les autres enfants fréquentés dans les cours d’école semblent, eux aussi croire. Avec l’argument que tous ne peuvent pas être unanimes dans l’erreur, l’enfant est confronté à un monopole cognitif, c’est-à-dire qu’aucune offre cognitive concurrentielle ne se propose encore. De plus, les parents s’efforcent de limiter la probabilité que les enfants soient confrontés à des anomalies engendrant des dissonances sérieuses dans la croyance : on demande aux enfants d’aller se coucher pour que le Père Noël puisse venir apporter les cadeaux, on dépose sur la cheminée des carottes et des biscuits pour les rennes, qui ont bien sûr été mangés par les parents, qui ont même pris la précaution de laisser quelques miettes..La croyance au Père Noël est fondée sur des preuves matérielles de son existence : les lettres envoyées au Père Noël et recevant une réponse, les coups de téléphone, les traces laissées sur son passage.


Pourquoi les enfants ne croient-ils plus au Père Noël ? Les raisons de l’abandon de la croyance

Comment l’enfant peut-il alors un jour abandonner sa croyance au Père Noël ? L’âge moyen de cet abandon est de 6,99 ans, d’après les entretiens. L’auteur de l’article repère trois types de rupture de croyance. La dissonance est l’élément qui est le plus fréquemment mentionné pour expliquer l’abandon de la croyance. Cette catégorie recouvre plusieurs situations assez différentes. La première de ces catégories comprend les cas où l’un des médiateurs de la croyance, se déguise en Père Noël, mais est reconnu, les parents peuvent être pris en flagrant délit, malgré leur silence précautionneux, de déposer les cadeaux devant le sapin de Noël. Les cadeaux peuvent être trouvés par les enfants dans une armoire, au grenier, au garage, avant le soir de Noël, cette découverte engendrant parfois l’abandon immédiat de la croyance au motif que les cadeaux ne peuvent pas « déjà être là ». La croyance peut encore être fragilisée ou abandonnée en raison d’un quatrième type de dissonance : la présence de trop nombreux Père Noël dans les villes.

Le deuxième type de rupture est la concurrence, lorsque les parents détruisent la croyance. Certains d’entre eux ne font que confirmer les doutes que l’enfant nourrissait déjà. D’autres, en revanche, convoquent l’enfant et lui révèlent soudainement le caractère légendaire de l’affaire, à la façon d’un rituel d’initiation.

La rupture par incohérence suppose qu’un élément interne du mythe soit remis en question par l’individu. Les enfants mettent en doute le fait que le Père Noël puisse habiter au pôle Nord ou au centre de la Terre. Ainsi, la rupture peut être consécutive aux éléments fantastiques de la légende qui finissent par paraître invraisemblables. L’omniscience du Père Noël (le fait qu’il sache toujours ce que les enfants désirent), la présence de lutins, des rennes volants, etc., tout cela semble farfelu dans la mesure où l’enfant ne peut jamais constater de visu la réalité de ces allégations. Certains enfants sont frappés de ce que le Père Noël ne peut pas faire le tour de la Terre en une seule nuit, qu’il est par ailleurs trop vieux pour ce travail éreintant, que sa hotte et son traîneau ne peuvent contenir tous les jouets, ou encore qu’il est trop gros pour passer dans la cheminée.

On notera pour finir que les récits mentionnant l’unique influence des camarades ou des grands frères et sœurs pour justifier leur abandon ne représentent que 8 % de l’effectif global.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.