Quand on ne peut pas être écrivain à plein temps

Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Editions la découverte, Textes à l’appui, 2006

Voici quelques extraits choisis de La condition littéraire. Loin de nous l’idée, d’avoir extrait ici la substantifique moëlle d’un ouvrage de 620 pages, mais seulement de proposer des pistes de réflexion.

p 10

La spécificité de l’univers littéraire réside dans le fait qu’il s’agit d’un « univers faiblement rémunérateur et très peu professionnalisé, mais néanmoins très chronophage ». « Les écrivains sont le plus souvent conduits à effectuer des va-et-vient permanents et à partager leur temps entre l’univers littéraire et l’univers d’appartenance de leur « second métier », sans même parler des circulations entre ces deux univers et l’univers conjugal ou familial. L’écrivain à « second métier » constitue un beau cas d’appartenance multiple ; un cas aussi particulièrement intéressant pour réfléchir à la division du travail et des fonctions dans une société hautement différenciée

p 12

Nous verrons toutefois que la théorie des champs comporte certaines limites pour penser l’univers littéraire. En effet, malgré le fait qu’il soit hautement prisé symboliquement et qu’il puisse engendrer des vocations et des investissements personnels intenses, l’univers littéraire est un univers globalement très peu professionnalisé et très faiblement rémunérateur. Il rassemble ainsi une majorité d’individus qui sont inscrits par ailleurs, pour des raisons économiques, dans d’autres univers professionnels. Contraints le plus souvent d’exercer un second métier, les participants à l’univers littéraire sont plus proches de joueurs – qui sortent régulièrement du jeu pour aller « gagner leur vie » à l’extérieur – que d’« agents » stables d’un champ. C’est notamment pour cette raison que j’ai préféré parler tout au long de cet ouvrage de « jeu littéraire » plutôt que de « champ littéraire ». Le concept de « jeu littéraire » désigne un champ secondaire, très différent dans son fonctionnement de champs parents – champs académiques et scientifiques notamment – qui disposent des moyens économiques de convertir les individus y participant en agents permanents et de les amener ainsi à mettre l’essentiel de leur énergie à leur service.
P 46

Enseignants, journalistes, médecins, conseillers éditoriaux, ingénieurs ou exerçant de multiples emplois «alimentaires» et parfois précaires, les écrivains sont rarement « écrivains à temps plein» et le modèle flaubertien de l’écrivain-rentier concentré sur son œuvre et rien que sur son œuvre est un modèle peu opératoire pour penser le jeu littéraire dans son ensemble. Flaubert, célibataire et sans enfant, rentier, sans second métier, l’« homme-plume» dont l’existence quotidienne tend à se résumer à son écriture (qu’elle soit littéraire ou épistolaire) et dont la force des dispositions littéraires lui fait vivre la littérature comme son élément naturel, est l’exception qui confirme la règle de cumul des activités.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.