Le déclin de la population japonaise ?

Jacques Véron, « Le Japon face au déclin annoncé de sa population », Population et sociétés, N°449, Octobre 2008

Si la fécondité se maintenait à son niveau actuel au Japon, 1,3 enfant par femme en moyenne, en l’an 3000, la population japonaise serait totalement éteinte. Telle est l’une des projections alarmistes qui ouvre le numéro d’octobre 2008 de Population et société, rédigé par Jacques Véron et consacré au déclin de la population au Japon.

Après un baby-boom extrêmement court (pas plus de trois ans), la fécondité japonaise a beaucoup baissé dans l’après-guerre. Elle remonte à la fin des années 1960 et au tout début des années 1970 au-dessus du niveau de remplacement des générations, avant de replonger à partir de 1974. La naissance du premier enfant est de plus en plus tardive (28,5 ans aujourd’hui contre 25,1 ans au milieu des années 1950). Comme les naissances hors mariage restent très rares – elles représentent moins de 2 % des naissances en 2004 – le retard du mariage et la montée du célibat féminin ont entraîné mécaniquement une baisse de la fécondité. Entre 1950 et 2000, les proportions de femmes ayant entre 20 et 40 ans toujours célibataires ont fortement progressé. Dans le même temps, la mortalité n’a cessé de se réduire. Cette baisse de la mortalité se traduit par une augmentation très rapide du nombre de centenaires : le Japon en comptait moins de 1000 en 1980 mais plus de 32 000 en 2007.

Les projections de l’Institut national de recherche japonais sur la population et la sécurité sociale prévoient une réduction de la population japonaise de plus de 30 millions d’ici 2050 dans leur scénario central, soit un effectif de l’ordre de 95 millions d’habitants en 2050 pour la population du Japon, soit 32 millions de moins que les 128 millions de 2004. Si la population du Japon décroît conformément au scénario retenu dans la variante moyenne des projections de 2006, la dépopulation s’accompagnera d’un bouleversement de la structure par âge. La part des plus de 65 ans dans la population totale, qui est de moins de 5 % en 1950 et de 25 % en 2007, pourrait atteindre 32 % en 2030 et près de 40 % en 2050.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.