Obésité et milieu social

0,6 % d’enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures scolarisés en classe de CM2 souffrent d’obésité contre 6,1 % des enfants d’ouvriers…

Entre 2002 et 2005 les inégalités face à l’obésité se sont creusées. Au cours de cette période, la proportion d’enfants obèses a diminué de façon plus ou moins importante dans toutes les catégories socioprofessionnelles, excepté pour les enfants d’ouvriers où elle est passée de 5,1 % à 6,1 %.

Lorsque le père est cadre ou exerce une profession libérale, la prévalenceglobale du surpoids (obésité incluse) chez les adolescents de troisième est d’à peine 11 %, et celle de l’obésité inférieure à 1 %. Lorsqu’il est ouvrier non qualifié, le surpoids (obésité incluse) est deux fois plus fréquent, mais l’obésité dix fois plus. Entre ces deux extrêmes, les milieux artisans, commerçants, et chefs d’entreprise ainsi que ceux des professions intermédiaires et des employés occupent une position intermédiaire, alors que la prévalence de l’obésité est relativement élevée, proche de 5 %, chez les enfants issus des milieux des ouvriers qualifiés. La situation est similaire lorsque l’on considère la catégorie socioprofessionnelle maternelle, avec une prévalence de l’obésité minimale lorsque la mère est cadre, et maximale lorsqu’elle est ouvrière non qualifiée.



Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search