De la différence entre un journaliste et un sociologue

Bourdieu, « Variations et invariants », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1987

Extraits choisis d’un article de Pierre Bourdieu, qui permet de réfléchir au rôle du sociologue et plus largement à l’intérêt de ses recherches.

“Quelle est la validité vingt ans après d’une étude du champ des grandes écoles menée en 1967 ? Et si aujourd’hui les normaliens lisent moins le Nouvel Observateur et davantage Libération, qui d’ailleurs n’existait pas, ou si les maoïstes ont disparu de HEC, tandis que les futurs énarques contestent l’enseignement qui leur est donné, est-ce dire qu’un tel travail ne vaut que comme description historique d’un moment révolu ou même qu’il a perdu tout intérêt du fait qu’il appuie sur des données anciennes ? Ceux qui avancent, sans trop réfléchir, de tels arguments confessent qu’ils ne considèrent que l’aspect le plus superficiel du travail scientifique, c’est-à-dire la description des faits pris à leur valeur faciale, et qu’ils réduisent le sociologue ou l’historien au statut de journaliste – voué à tenir des discours aussi éphémères que ses objets. En réalité, l’attention aux structures, et aux mécanismes cachés qui en assurent la perpétuation, et la transformation, est ce qui permet d’aller au-delà des apparences de la contingence et de la création permanente d’imprévisible nouveauté, que le monde social peut donner, aussi longtemps que, ignorant les substitutions fonctionnelles et les équivalences structurales, on s’attache à tout ce qui occupe les rédacteurs et les lecteurs de quotidien, la dernière réforme du concours de ENA ou la nomination d’un nouveau directeur de l’Ecole normale supérieure.

Mais, de manière plus générale, l’attention à l’écume des faits anecdotiques qui, dans l’expérience biographique des agents, (et de l’observateur) peuvent occuper tout le champ de vision, comme les livres et les films au goût du jour, ou les hommes politiques et les philosophes à la mode, a toutes les chances d’orienter vers des différences frappantes mais aussi superficielles que les bizarreries du vêtement ou de la coupe de cheveux dans les vieilles photographies et empêcher d’apercevoir tant la constance des structures profondes que les transformations qu’elles ont véritablement subies.”


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.