L’individualisation et la conquête des outils de communications par les 12-22 ans

Quels rôles jouent dans la conquête de l’autonomie des adolescents et des jeunes adultes (12-22 ans) le téléphone portable, internet, la communication électronique, la messagerie instantanée ? C’est la question que se pose Olivier Martin dans un article de la revue Réseaux de 2007 (n°145-146, vol 6/7, p 335-366) « La conquête des outils électroniques de l’individualisation chez les 12-22 ans ».

Il s’agit pour l’auteur de s’interroger sur les usages des outils de communication chez les jeunes de 12 à 22 ans[1] et de s’intéresser à la manière dont les outils de communication construisent le processus d’individualisation des enfants vis-à-vis de leurs parents. Il faut pour cela mettre en évidence l’usage réel de ces outils de communication par les jeunes, les contraintes et les limites qui pèsent sur les usages qu’ils en font.

Les technologies de l’information et de la communication sont utilisées par la majorité des enfants et jeunes adultes et leur usage va grandissant avec leur âge. Le portable grâce à la fonction SMS est un outil privilégié pour communiquer avec les meilleurs amis, les copains et copines les plus proches et pour entretenir ces liens. Les filles se distinguent dans l’utilisation du téléphone mobile : les filles sont plus tôt que les garçons des utilisatrices très régulières du mobile et à tout âge, de plus ferventes utilisatrices du SMS. L’auteur montre que « toutes classes d’âge confondues, la part des filles passant ou recevant plus de deux appels par jour (en moyenne sur plusieurs mois d’observation) est de 73 %, alors qu’elle n’est que de 53 % chez les garçons. »

Parmi l’ensemble de la classe d’âge 12-22 ans, internet et, avec lui, le courrier électronique et le chat, sont des instruments moins unanimement employés que le portable. L’inégalité d’accès à internet est bien plus importante que celle concernant le portable.

Pour s’en rendre compte, nous empruntons à L’observatoire des inégalités, quelques passages éclairants et nous vous renvoyons au site pour des compléments d’informations. « Les nouvelles technologies se diffusent dans la société française : 75 % des Français possèdent un téléphone portable, 66 % ont un ordinateur et 55 % sont équipés d’Internet à domicile, selon le Crédoc. […] Malgré une progression rapide, l’accès à Internet à domicile est encore loin d’être généralisé. Au niveau global, 55 % de la population y avait accès en 2007, selon le Crédoc. Seuls 47 % des ouvriers contre 81 % des cadres sont connectés chez eux. Cependant, les écarts diminuent rapidement : entre 2004 et 2007, le pourcentage d’accès à Internet des employés a augmenté de 31 points et de 20 points pour les employés, beaucoup plus que celui des cadres. »

Taux d’équipement en connexion Internet à domicile selon l’âge
Unité : %

2004

2005

2006

2007

12-17 ans

49

55

66

72

18-24 ans

44

47

53

64

25-39 ans

46

51

59

67

40-59 ans

43

47

50

62

60-69 ans

18

17

21

40

70 ans et plus

5

7

6

11

Source : Crédoc, enquêtes Conditions de vie et aspirations des Français 2007, champ: ensemble de la population

Au sein des ménages équipés, les enfants accèdent et utilisent l’ordinateur et son accès internet très tôt. «L’âge moyen du premier accès doit être nettement inférieur à 12 ans. Si le portable semble être un outil des adolescents plutôt que des jeunes enfants, l’accès à internet se fait plus tôt »

C’est la tranche d’âge intermédiaire (15-17 ans) qui est la plus utilisatrice des outils de communication. En effet, alors que le mobile est de plus en plus utilisé lorsque les enfants grandissent, ce n’est pas le cas des ordinateurs, dont l’usage tend à ne plus réellement augmenter, voire à s’atténuer après 18 ans. Autre différence avec le téléphone portable, les usages de l’ordinateur et de ses outils de communication ne varient pas très significativement selon le sexe.

Une individualisation progressive des outils de communication

Olivier Martin montre dans cet article que le mobile et l’ordinateur deviennent progressivement des outils individuels. Si 19 % des 12-14 ans partagent le portable qu’ils utilisent avec d’autres membres du foyer et n’en sont que des utilisateurs secondaires, c’est le cas de seulement 11 % des 15-17 ans, et de 3 % des 18-22 ans. Ainsi, avec l’âge le mobile devient de plus en plus personnel. De même la possession d’une adresse électronique individuelle, non partagée avec ses parents par exemple, est plus fréquente dans les tranches d’âge les plus âgées. « Cette individualisation de l’adresse électronique (d’au moins une adresse) va de pair avec l’individualisation de l’ordinateur lui-même. » Cette individualisation s’étend aux tranches d’âges les plus élevées à la possession en propre de l’ordinateur : alors que 21 % des 12-14 ans possèdent un ordinateur considéré comme « personnel » à leur domicile, c’est 53 % des 18-22 ans qui sont dans ce cas. Entre ces deux situations, il existe un ensemble de modes d’individualisation des appareils. Olivier Martin distingue trois situations, associées à trois périodes d’âge : aux premiers âges, l’enfant-adolescent a accès à un ordinateur partagé avec les parents et frères et sœurs, puis les enfants possèdent des comptes personnels sur cet ordinateur partagé, parfois protégé par mot de passe et enfin l’ordinateur devient individuel. On notera que l’individualisation des outils communicationnels va souvent de pair avec l’appropriation d’un espace personnel et notamment de la chambre, qui devient elle-aussi avec l’âge personnelle. 75 % des 17-22 ans contre 63 % des 12-16 ans disposent d’une chambre où ils sont seuls à dormir.

L’ordinateur personnel que l’adolescent possède au domicile parental est un outil beaucoup plus facilement contrôlable par les parents que le mobile. On observe un progressif reflux du contrôle parental. « Si 93 % des parents d’enfants âgés de 12 à 14 ans et 76 % de ceux ayant des enfants de 15-17 ans cherchent à savoir ce que ces enfants font sur internet, ce n’est plus le cas que de 16 % des parents d’enfants de 18-22 ans ». De la même manière, les parents s’autorisent de moins en moins à répondre au téléphone mobile de leur enfant, ainsi qu’à leur faire des remarques sur leurs usages de ce téléphone. Remarque importante de l’auteur : les indicateurs de l’enquête ne permettent pas de mettre en évidence de différences significatives quant aux modalités du contrôle parental suivant la hiérarchie sociale : à l’échelle des données de l’auteur, le contrôle s’exerce de façon semblable dans tous les milieux sociaux.


[1] Une précaution méthodologique d’importance gouverne l’article, les 12-22 ans sur lesquels reposent l’enquête présentée ont été divisés en trois tranches d’âge : les 12-14 ans, les 15-17 ans et enfin les 18-22 ans. Il s’agit à la fois de répondre à des exigences statistiques et de prendre en compte trois situations sociales et éducatives différentes selon les tranches d’âge concernées : les collégiens ; les lycéens ; les jeunes adultes. « Nous n’ignorons pas l’abus de langage et le réductionnisme sociologique qu’il y a à utiliser ces trois qualificatifs. Nous y recourons par commodité en priant le lecteur de ne pas oublier que le groupe des 15-17 ans rassemble aussi quelques individus encore scolarisés au collège ou déjà sorti du système d’enseignement, et que le groupe des 18-22 ans est aussi constitué de lycéens et d’un ensemble de jeunes aux statuts très variés (étudiants, salariés, chômeurs…). »


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.