Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer

Michel Bozon, « Le hasard fait bien les choses. Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer », Informations sociales, n°144, 2007/8

L’Amour l’après-midi (1972), Le genou de Claire (1970), La Femme de l’aviateur (1981), Les Nuits de la pleine lune (1984)…l’œuvre cinématographique d’Eric Rohmer est connue pour être centrée sur les relations amoureuses. Pour Michel Bozon, les films de Rohmer peuvent être mobilisés par la sociologie pour « la représentation qu'[ils] donne[nt] de la naissance des relations amoureuses et conjugales, et de leur évolution au fil des films et du temps ». C’est l’objectif qu’il se fixe à travers l’étude de seize longs métrages de Rohmer.

A travers les films de Rohmer, Michel Bozon retrouve des évolutions sociales, qu’il a décrites dans sa Sociologie de la sexualité1) : déclin du mariage et montée de la cohabitation, aspirations des individus à des lignes de conduite individuelles, défense de leur liberté de choix dans leurs choix amoureux et conjugaux, qui témoignent de l’avènement d’une « sexualité des individus »2, recul de l’initiative masculine, déclin de la norme de fidélité, femmes de plus en plus agissantes…

Ainsi si le mariage est présent dans tous les films de la série des Six contes moraux (La Boulangère de Monceau (1962), La Carrière de Suzanne (1963), Ma nuit chez Maud (1969), La Collectionneuse (1967), Le Genou de Claire (1970), L’Amour l’après-midi (1972)), qui sont autant de variations sur un thème : son poids social fluctue. Michel Bozon

« note une évolution entre La boulangère de Monceau (1962), où le mariage est la principale aspiration du jeune héros, et le Le genou de Claire (1970), où le héros, libertin vieillissant, fait une fin en se mariant, ou L’amour l’après-midi (1972), où le narrateur, marié dès le début de l’histoire, renonce à aller au bout d’une aventure extraconjugale pour revenir à sa femme ».

Par ailleurs, alors que le mariage est la fin inévitable de l’histoire dans toute la série des Contes moraux, ce n’est pas le cas des Comédies et proverbes, dont les films s’étalent entre 1981 et 1987.

« Le mariage disparaît à peu près complètement de l’horizon des “Comédies”, et le seul mariage annoncé ne se fait finalement pas, pour avoir été trop prémédité (Le beau mariage). »

  1. Bozon, Michel, Sociologie de la sexualité, Coll « 128 », Armand Colin, 2009 (2ème édition []
  2. p 36 dans le livre précédemment cité []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.