Une vie à soi. Nouvelles formes de solitude au féminin

Contre les représentations négatives qui font de la solitude résidentielle féminine une expérience négative, une privation, un manque, voire un échec, Erika Flahault dans son ouvrage Une vie à soi. Nouvelles formes de solitude au féminin, propose une autre vision, qui s’attache à dégager les aspects constructifs de cette solitude féminine.

Dans la première partie de son ouvrage, l’auteure démontre qu’habiter seule est pour les femmes, l’aboutissement d’un long processus. Cette condition, qui peut sembler si courante, est à l’échelle de l’histoire occidentale nouvelle. Dans les sociétés traditionnelles, le rôle des femmes est défini dans le mariage et à travers la reproduction sociale : la femme est d’abord productrice et procréatrice, et seule cette deuxième fonction lui confère un statut social valorisé. La femme seule représente alors une exception, un manquement à la règle et un péril pour la société. Le statut d’une femme seule n’est pas même concevable, pour une société qui ne pense la femme, que dans le cadre de rapports de dépendance masculins et familiaux. Une femme sans conjoint est toujours prise en charge par la parenté, le clan ou la communauté. Erika Flahault dresse dans le premier chapitre un panorama rapide de la place de la femme dans la société depuis les cités antiques jusqu’au XXe siècle.

La suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.