Individus et pouvoirs face aux sectes

Individus et pouvoirs face aux sectes, un ouvrage de Nathalie Luca (Armand Colin, collection “Sociétales”, septembre 2008, 280 pages, 25€)

Cet ouvrage sur les sectes, qui poursuit le travail mené par Nathalie Luca dans plusieurs de ses ouvrages1, offre une perspective nouvelle sur le phénomène sectaire. Il ne s’agit pas en effet de parler des sectes en tant que telles, mais de porter son attention aux sociétés qui les nomment ainsi. Parce que les mouvements qui sont désignés comme tels par les autorités publiques changent d’un pays à l’autre, parce que la dangerosité des groupes fait l’objet d’une appréciation différente selon les sociétés, il est important d’analyser la désignation par un gouvernement et ses institutions d’un phénomène comme secte. Comment comprendre la réaction différentielle face aux sectes sans analyser la société dans laquelle ces mouvements religieux éclosent et la manière dont ils peuvent remettre en cause certains éléments de définition de la nation ? Nathalie Luca fait l’hypothèse que lorsque l’Etat en vient à traiter un groupe de secte, c’est que celle-ci est entrée en concurrence, en conflit avec les valeurs de la communauté citoyenne dont l’Etat est le garant. La secte est un groupe qui prône des valeurs qui conduisent celui qui y adhère à une rupture, ou à une prise de distance avec sa société de naissance. La scission se lit en termes d’identité et de conduites sociales.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Le salut par le foot. Une ethnologue chez un messie coréen (Labor et Fides, 1997), Sectes, mensonges et idéaux (avec F. Lenoir, Bayard, 1998), Les sectes, (PUF, « Que sais-je ? », 2004 []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.