La vulnérabilité des femmes dans l’espace public

Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question
Un ouvrage de Marylène Lieber (Presses de Sciences Po, 2008)

« Dans la rue, si vous êtes isolée, marchez toujours d’un pas énergique et assuré. Ne donnez pas l’impression d’avoir peur. » Ministère de l’intérieur, Votre sécurité. Conseils aux femmes

Si dans bien des cas, le sentiment de peur déclaré par les femmes est considéré comme une évidence, un effet de leur « nature », les recherches françaises sur le sujet présentant en effet le sexe (de même que l’âge) comme un critère de vulnérabilité allant de soi [2], le sentiment d’insécurité féminin n’est pourtant pas véritablement pris en compte. Si l’espace public est considéré comme étant dangereux pour les femmes, cette dimension est évacuée du champ de la sécurité, des recherches et des politiques publiques. Peut-être parce que le taux élevé des peurs féminines est souvent jugé paradoxal : plusieurs ouvrages sociologiques et criminologiques démontrent en effet que ce sont les femmes qui se sentent le plus exposées aux agressions dans les espaces publics alors que leur taux de victimation y est relativement faible. Les politiques publiques concernant les violences en France, s’organisent sur la base d’une division des compétences entre les politiques dites « de sécurité » et les politiques « contre les violences faites aux femmes ». Les politiques de sécurité portent essentiellement sur l’espace public et marginalisent les violences faites aux femmes dans l’espace privé. Il paraît donc important d’étudier les politiques publiques de sécurité et les modes d’investissement des espaces publics par les femmes et les hommes, ainsi que les représentations qu’ils en ont. Si ces deux approches peuvent sembler, de prime abord, constituer deux objets distincts, Marylène Lieber défend l’intérêt de leur confrontation. Ces deux angles d’analyse font donc la richesse de l’ouvrage.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search