Alimentation populaire et réforme sociale. Les consommations ouvrières dans le second XIXe siècle

Alimentation populaire et réforme sociale. Les consommations ouvrières dans le second XIXe siècle, un ouvrage d’Anne Lhuissier (Quae éditions/MSH, novembre 2007, 284 p., 26 €)

L’ouvrage d’Anne Lhuissier  a pour objectif de restituer la cohérence des pratiques familiales d’alimentation des familles ouvrières, en échappant à une lecture misérabiliste des consommations populaires du XIXe siècle, lecture longtemps prédominante. Basé sur des enquêtes du XIXe siècle, en particulier sur les monographies de familles réalisées par Frédéric Le Play et ses disciples, ce livre dégage des enjeux méthodologiques d’importance.

D’une part, ce livre permet de s’interroger sur le partage des tâches entre sociologues et historiens. Les sociologues qui vont chercher leurs données, dans le domaine des historiens, font-ils de la sociologie du passé ou de l’analyse secondaire des enquêtes anciennes ? Adoptent-ils les méthodes et manières de penser qui sont propres à l’histoire ? C’est sur ce débat que revient Claude Grignon dans sa préface intitulée « Histoire et sociologie ».

Deuxième intérêt méthodologique de l’ouvrage, il permet de faire rebondir le débat ouvert par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron [2] dans Le savant et le populaire. Parce qu’elle a été un sujet d’observation, une question publiquement débattue dans les sphères politiques, administratives, patronales et charitables, l’alimentation est au XIXe siècle sujette à des jugements moraux. Les disettes et les revendications ouvrières sur les denrées alimentaires ont fait émerger une réflexion sur les subsistances. La question prédominante est celle du coût des denrées. Les inclinations morales des enquêteurs les poussent souvent à des défauts d’observation, des interprétations hâtives et erronées, partielles et misérabilistes. Retravaillant sur ces données, Anne Lhuissier s’appuie sur les éléments les plus objectifs, compare les monographies des leplaysiens à des enquêtes économiques sur la consommation de viande de boucherie. Elle sonde avec constance les enquêtes du XIXe siècle, qui avaient une visée de réforme sociale et arrive à trier le grain de l’ivraie. Le matériau d’enquête est présenté de façon très précise dans le chapitre 1, qui lui est entièrement consacré.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search