Les nuits de la main courante

Les nuits de la main courante. Ecritures au travail, un ouvrage de Jean-François Laé (Stock, coll. “Un ordre d’idées”, 2008, 20€)

La main courante est un objet sociologique rebelle, inattendu. Surtout pour ses auteurs. S’il fallait trouver pour cette rentrée universitaire, un exemple pédagogique, pour expliquer à des étudiants, comment un objet devient redevable d’un questionnement sociologique, la main courante fera l’affaire. Peut-on trouver, en effet, un objet plus fragmentaire, discontinu ? Les faits et gestes rapportés dans une main courante ne sont pas ordonnés. La main courante est une simple suite d’incidents, de notations au vol et lues à la suite, sans indication complémentaire, leur sens fait souvent défaut, parce que ces notations elliptiques par construction, sont éminemment rapportées à un contexte géographique, social qui informe et donne sens aux commentaires. Document non officiel, la plupart du temps détruit au bout d’une période donnée, la main courante perd sa consistance lorsqu’elle est extraite du contexte dans lequel, elle a été écrite. Ainsi que les définit Jean-François Laé, ce sont des « écritures du non-lieu », parce que les évènements qui y sont relatés n’ont pas eu de suite. Comment faire alors, pour le sociologue, pour les faire sortir de leur indexicalité et de leur oubli ? Là se situe tout l’enjeu de l’ouvrage Les nuits de la main courante. Construire ce qui, au premier abord, paraissait anodin, et même sans intérêt, comme un espace de sens et de réflexion. Elever au rang d’objet d’étude sociologique, des écritures prédestinées à l’oubli et surtout au secret. La main courante est, en effet, réservée au strict contexte professionnel, à la lecture entre collègues d’un même service.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.