Les compagnons du Tour de France

Des hommes de Devoir. Les compagnons du Tour de France (XVIIIe-XXe siècle), un ouvrage de Nicolas Adell-Gombert (Editions de la Maison des sciences de l’homme, coll. “Ethnologie de la France”, n° 30, 2008, 19€)

Les compagnons…l’expression imprécise dissimule une réalité mal connue, plurielle, elle laisse apparaître une histoire traditionnelle, des savoirs ancestraux. Etre compagnon aujourd’hui, ce n’est pas choisir une formation professionnelle comme un autre, c’est choisir l’union de savoirs traditionnels et de techniques modernes, l’engagement au sein d’une compagnie, le choix d’un enseignement pratique et philosophique. Le regard porté dans l’ouvrage de Nicolas Adell-Gombert sur le compagnonnage pose la question suivante : qu’est-ce qu’être compagnon ? Cela implique de se demander comment on le devient et comment on le reste. La question de l’identité de ce groupe se pose avec d’autant plus d’acuité, que les compagnons forment ce que Bourdieu appelait en 1979 dans La Distinction des « groupes frontières ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search