Sociologie de la vieillesse et du vieillissement

Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Un ouvrage de Vincent Caradec (Armand Colin, coll. “128”, 2008)

« La vieillesse n’est-elle qu’un mot ? » aurait pu se demander Pierre Bourdieu1. La vieillesse est, en effet, difficile à définir, tant se recouvrent ou s’opposent une série de termes, tous sources d’enjeux : personnes âgées, vieillards, troisième âge, quatrième âge, aînés, retraités, seniors, etc. Il n’est guère simple de déterminer le seuil d’entrée dans la période de la vie communément appelée vieillesse. Justement, c’est là que dans le sens commun, le bât blesse, ou qu’il y matière à « prénotions », comme l’aurait écrit Durkheim [2],. Si la catégorie statistique des « personnes âgées » fixe le seuil à 60 ans, bien des sexagénaires refuseraient un tel classement. Une seule certitude pour commencer, la vieillesse s’est profondément transformée. Désormais, elle est devenue pour tous, bien qu’avec de profondes inégalités, une étape normale de l’existence. Les systèmes de sécurité sociale associés aux progrès considérables de la médecine ont permis d’augmenter la durée de la retraite. Alors qu’en 1950 un homme partant en retraite à 65 pouvait espérer vivre une douzaine d’années, aujourd’hui l’espérance de vie à 60 ans est supérieure à vingt ans pour les hommes et à vingt cinq pour les femmes. Ce constat simple a cependant des conséquences nettement plus complexes au niveau de l’identité sociale, de l’intégration, des comportements sociaux de ces nouvelles catégories de population. Parallèlement à cette évolution, le regard sociologique a changé. La part croissante de la population âgée et sa désignation comme cible des politiques publiques, dès les années 1960 avec le rapport Laroque en particulier, ont attiré l’attention sur ce groupe, suscitant les contributions des sociologues et la mise en place de programmes d’étude. La théorie sociologique s’est également pluralisée, l’appartenance de classe n’étant plus considérée comme omnisciente et totalisante. Les travaux se sont davantage centrés sur les vécus individuels du vieillissement. Ainsi, on ne parle plus de la vieillesse comme d’un état mais comme d’un processus.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. « La jeunesse n’est qu’un mot », entretien avec Anne-Marie Métailié, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Ages, 1978, pp. 520-530, et repris dans Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992 pp.143-154. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search