Les pratiques artistiques en amateur

Les amateurs, 1996, Olivier Donnat

De nombreux indices, à commencer par l’augmentation constante des demandes d’inscription dans les écoles d’art et de musique, font apparaître en effet, depuis plusieurs années, l’intérêt croissant que les Français portent aux activités artistiques amateur, sans qu’aucune étude de synthèse n’ait été réalisée en France. L’interrogation, au-delà de l’aspect purement quantitatif, portait sur le degré de proximité existant entre les diverses activités : dans quelle mesure par exemple la pratique du piano est-elle associée à celle de la danse ? Quelles sont les activités qui sont liées par les relations les plus fortes ? Plus généralement, les points communs d’une activité à l’autre sont-ils suffisants pour qu’on parle des activités artistiques comme d’un ensemble cohérent, pour qu’on en fasse une catégorie de pensée pertinente ?

Le deuxième objectif de cette étude est d’expliciter la relation qui lie la formation et les activités artistiques amateur d’une part et la consommation des biens et services relatifs aux œuvres produites par les artistes professionnels d’autre part. Quels sont les rapports entre le monde des amateurs et celui des professionnels ? Dans quelle mesure diffèrent-ils d’un domaine artistique à l’autre ?

Beaucoup considèrent que le fait de pratiquer une activité amateur et celui de « consommer» les œuvres d’artistes professionnels sont deux formes complémentaires d’un même intérêt ou d’une même « passion» pour le théâtre, la danse ou la musique, sans que la nature de la relation qui lie l’une à l’autre n’ait fait l’objet d’une réflexion. Le troisième et dernier objectif est d’analyser la manière dont les activités artistiques s’inscrivent aujourd’hui dans le cycle de vie des Français, en identifiant les moments et les motifs de l’abandon. À quel moment les Français découvrent-ils, et le cas échéant abandonnent-ils, les activités artistiques ? Certaines d’entre elles sont-elles plus précoces ou plus éphémères que d’autres ?

Des activités juvéniles qui concernent surtout les nouvelles générations

Les activités artistiques amateur concernent prioritairement les jeunes : 44 % des 15-19 ans en ont pratiqué au moins une au cours de l’année écoulée, contre un tiers des 20-24 ans et un peu moins de 20 % des Français plus âgés. Ces activités – au même titre que les activités sportives ont toujours plus attiré les jeunes et subi un fort taux d’abandon avant l’entrée dans la vie adulte, parfois même dès l’enfance.

L’essor depuis le début des années 1970 Les Français âgés de 25 à 34 ans apparaissent comme une génération charnière : nés dans les années 1960 et adolescents au tournant des années 1980, ils ont été les premiers concernés par le développement des activités artistiques, mais les ont déjà, pour la majorité d’entre eux, totalement délaissées : sur les 53 % qui ont pratiqué une activité artistique, seuls 20 % poursuivent encore : ils ne comptent finalement guère plus d’amateurs actifs que les générations précédentes. Le succès que remportent les activités amateurs chez les jeunes et les ado n’a pas, jusqu’à présent, entraîné d’augmentation significative de la proportion de pratiquants adultes. Le double constat établi au niveau général- essor au sein des générations de moins de 35 ans et précocité de nombreux abandons – se vérifie sur chacune des activités.

Des évolutions néanmoins contrastées : l’exemple de la musique

L’évolution du chant choral, par exemple, se distingue très nettement de celle de la pratique instrumentale. La proportion d’instrumentistes a pratiquement doublé en vingt ans dans la population française, passant d’environ 20 % dans les générations âgées aujourd’hui de plus de 35 ans à 40 % chez les 15-19 ans. Chanter dans une chorale ou un groupe vocal est une activité qui concerne davantage les Français nés avant-guerre que les jeunes générations. .Le chant n’apparaît pas comme une activité juvénile : il s’agit, d’une part, d’une activité ancienne que des adultes aujourd’hui dans la force de l’âge et de jeunes retraités pratiquent depuis leur enfance ou leur adolescence ; d’autre part, le chant a connu un développement récent qui n’a pas concerné prioritairement les jeunes, mais plutôt des personnes ayant dépassé la quarantaine.

Le cumul croissant des activités

Les jeunes amateurs conquis depuis le début des années 1970 non seulement passent plus facilement que leurs aînés d’une activité artistique à l’autre, mais ils sont aussi plus nombreux à en mener plusieurs de front. Il est dans l’ensemble assez fréquent d’abandonner une activité au profit d’une autre : quatre amateurs sur dix seulement n’ont pratiqué qu’une activité artistique au cours de leur vie. Quand on raisonne domaine par domaine, le nombre d’amateurs n’ayant jamais pratiqué d’autres activités que celle qu’ils exercent actuellement n’est jamais supérieur à un quart du total : c’est dans le domaine de la danse et du chant qu’ils sont les plus nombreux (26 %) et dans celui de l’écriture de romans ou de poèmes qu’ils le sont moins (9 %).

– la pratique instrumentale est souvent la porte d’entrée dans le monde des amateurs car il s’agit de l’activité la plus précoce : près de la moitié des amateurs adultes, quelle que soit leur activité du moment, ont déjà joué d’un instrument de musique (ils sont même 66 % dans le cas du théâtre) ; – les comédiens amateur ont en général le parcours artistique le plus riche : ils sont souvent passés par l’écriture et la musique avant d’aborder le théâtre. Il existe notamment une liaison assez forte entre la pratique du théâtre et celle de l’écriturela danse et le chant, qui comptent la plus forte proportion de pratiquants exclusifs, apparaissent comme les domaines les plus autonomes. Les liaisons les plus fortes touchent, logiquement, des activités appartenant au même domaine : jouer du piano et chanter dans une chorale, tenir un journal intime et écrire des poèmes, peindre et faire du dessin sont les trois couples d’activités les plus liées. Dans l’ensemble, le cumul des activités a tendance à augmenter à mesure qu’on va des générations nées avant-guerre vers les plus jeunes : un tiers des comédiens amateur écrivent.

La majorité des pianistes et des danseurs amateur ont suivi un enseignement spécialisé. La progression de la fréquentation des écoles de danse est particulièrement remarquable, semblable à celle des danseurs amateur : seulement 4 % des 55-64 ans ont suivi leur enseignement contre 19 % pour les 15-24 ans.

Parmi les enfants passés par ces écoles, combien continuent à faire de la musique à l’âge adulte ? Un tiers des anciens élèves ont conservé aujourd’hui une activité musicale. Les abandons sont souvent précoces : entre 15 et 19 ans plus de la moitié des adolescents passés par une école de musique ou un conservatoire ont déjà abandonné toute pratique musicale.

Dans quelle mesure le fait d’avoir été élève d’une de ces écoles augmente-t-il les chances de faire partie du public des salles de concert ? À l’échelle de la population française, les anciens élèves sont deux fois plus nombreux à avoir assisté à un concert de musique donné par des professionnels au cours des douze derniers mois, toutes musiques confondues. Un tel résultat doit être interprété avec prudence, car les écarts observés ne peuvent être considérés comme une conséquence directe de la fréquentation de l’école, en raison des effets de structure sous-jacents : en effet les anciens élèves sont à la fois plus jeunes (et donc plus enclins à sortir le soir), plus diplômés (et donc plus portés vers la (« culture de sortie »), et par conséquent, plus nombreux à profiter des équipements culturels en général. Le fait d’être passé par une école de musique semble avoir un effet relativement limité sur la fréquentation des concerts de professionnels à l’âge adulte. Le fait de jouer de la musique apparaît plus déterminant puisque les amateurs en activité qui n’ont pas suivi de cours dans une école sont plus nombreux à s’être rendus à un concert que les anciens élèves ayant abandonné toute pratique.

Les conditions d’accès aux activités artistiques

Public à forte dominante féminine, surtout dans le cas de la danse, du théâtre et de l’écriture, moins dans celui des arts plastiques et de la musique. Il est plutôt jeune (dans les cinq cas, les « 15-24 ans» représentent environ un tiers du total des amateurs actifs) ; les « cadres et professions intellectuelles supérieure » ainsi que les «professions intermédiaires» sont légèrement surreprésentées tandis que les employés sont plus nombreux dans la pratique de l’écriture et de la danse ; par contre les ouvriers sont en retrait dans les cinq domaines, plus nettement dans ceux de la musique et du théâtre.

Une féminisation accrue ?

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à s’investir dans les activités artistiques : 52 % d’entre elles en ont pratiqué une au cours de leur vie contre 42 % des hommes. Elles dominent dans les cinq domaines étudiés : la danse mais aussi l’écriture où elles sont proportionnellement deux fois plus nombreuses (dans le cas du journal intime, l’écart est même plus important puisque 16 % des femmes en ont tenu un à un moment de leur vie contre 5 % des hommes). La pratique d’un instrument de musique, du chant, du théâtre, des arts plastiques est également féminine. Les comportements des hommes et des femmes, quand ils sont amateurs, diffèrent peu : la propension à abandonner, ainsi que l’âge d’abandon connaissent des variations relativement faibles, sauf dans deux cas : les femmes ont tendance à commencer à écrire des poèmes ou un journal intime plus jeunes que leurs homologues masculins.

La domination des cadres et professions intellectuelles supérieures

Les professions des arts et de l’information se distinguent, au sein des cadres et professions supérieures, par leur niveau de pratique très élevé. Les instituteurs occupent au sein des professions intermédiaires une place analogue à celle des professions des arts et de l’information : un quart d’entre eux sont des amateurs en activité, ce qui les place nettement au-dessus des autres personnes appartenant à cette catégorie. À l’opposé, les contremaîtres ne comptent que 11 % d’amateurs en activité, niveau comparable à celui des ouvriers et employés. La prépondérance des cadres et professions supérieures est particulièrement nette dans les domaines de la musique (piano et chant), du théâtre et de la danse. Les écarts sont d’une manière générale plus faibles dans la population la plus jeune. Les agriculteurs et surtout les employés semblent avoir comblé une partie de leur retard.

Une affaire de diplôme plus que de revenu

Dans tous les domaines, les titulaires d’un diplôme de 2e ou 3e cycle sont deux à trois fois plus nombreux que les titulaires d’un CAP ou BEP. Les études générales ont tendance à favoriser les activités artistiques. La progression de la proportion d’amateurs en fonction du niveau de diplôme se vérifie dans les cinq domaines. Elle est particulièrement spectaculaire dans le domaine musical, moins dans ceux de l’écriture et des arts plastiques si on met à part les non-diplômés qui subissent de plein fouet les effets générationnels.

L’atout du célibat

Les célibataires ont dans tous les cas un niveau d’engagement supérieur à celui des individus vivant en couple, mariés ou non.
L’influence familiale.

Le fait d’avoir vécu enfant dans une famille d’amateurs est un facteur qui peut amplifier, ou au contraire, contrarier les effets des variables socio-démographiques. Dans tous les cas, la proportion d’amateurs est plus élevée chez les enfants dont les parents exercent une activité artistique que chez les autres, exception faite pour l’écriture probablement pour des raisons qui tiennent surtout au mode de recueil de l’information.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.