Le poids des classes sociales

Peter Berger, « Le poids des classes sociales », Invitation à la sociologie, p118, 1963

« Dans notre société, les différences qui séparent les modes de vie selon les classes sociales ne sont pas seulement quantitatives, mais aussi qualitatives. Donnez à un sociologue un peu compétent deux indices de base pour situer un individu dans le système des classes, comme son revenu et sa profession, et il pourra, en l’absence de toute autre indication, prédire un grand nombre de ses autres caractéristiques. Comme toutes les prédictions sociologiques, elles seront de nature statistique : il s’agira de probabilités, avec une marge d’erreur. Mais on peut les assurer avec une assez grande assurance. A partir de ces deux informations sur un individu, le sociologue sera à même de faire des hypothèses fondées sur le quartier ou la ville où il habite, la surface et le style de sa maison. Il pourra aussi donner une description générale du décor intérieur de la maison, deviner le genre de tableaux aux murs et de livres ou de magazines qui se trouvent probablement dans son salon. Il devinera encore le genre de musique que notre sujet aime écouter, s’il va au concert ou s’il écoute des disques ou la radio. Et ce n’est pas tout : il prédira aussi de quel genre d’associations il fait partie, et quelle église il fréquente. Il peut évaluer son vocabulaire, donner en gros les règles de sa syntaxe et d’autres usages langagiers. Il devinera son affiliation politique et ses vues sur un certain nombre de problèmes nationaux. Il prédira le nombre de ses enfants et s’il fait l’amour avec sa femme dans le noir ou la lumière allumée. Il pourra fournir des indications sur la probabilité qu’il soit un jour atteint de certaines maladies physiques ou mentales. Et, on l’a vu, il pourra le situer sur les tables de mortalité. En fin de compte, si le sociologue décidait de vérifier s’il a vu juste en lui demandant un entretien, il peut estimer les chances que cet entretien lui soit refusé. »


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion au sujet de « Le poids des classes sociales »

  1. Le reste de l’extrait est un peu décevant quand même : « Chaque classe sociale forme la personnalité de ses membres par d’innombrables influences qui commencent à la naissance et vont, selon les cas, jusqu’au diplôme de fin d’études du secondaire privées ou jusqu’à la maison de correction pour mineurs. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.